Liberté d'expression et de religion

La théorie du genre s’invite par surprise dans la loi sur le séparatisme

La théorie du genre s’invite par surprise dans la loi sur le séparatisme 10 février 2021
théorie du genre

La théorie du genre s’invite par surprise dans la loi sur le séparatisme – Plusieurs députés se sont opposés lundi à l’introduction de la notion « d’identité de genre » dans le Code de la Sécurité intérieure, prévue par la « loi confortant les principes de la République ». Propager des idées tendant à encourager des discriminations en raison de « l’identité de genre » deviendrait un motif suffisant pour dissoudre une association.

Le projet de loi « Séparatisme » réserve chaque jour de nouvelles surprises. La dernière en date concerne l’introduction de la notion d’« identité de genre » dans le Code de la Sécurité intérieure par le biais de l’article 8 du projet, débattu en première lecture à l’Assemblée nationale le 8 février en fin de journée avant d’être adopté. Que vient faire la théorie du genre au beau milieu d’un texte qui vise à lutter contre le séparatisme islamiste ?

La dissolution d’associations dangereuses

En l’occurrence, la notion d’« identité de genre » s’invite à l’occasion d’une réforme de l’article L212-1 du Code de Sécurité intérieure qui encadre la dissolution en Conseil des ministres de certaines associations considérées comme particulièrement dangereux. L’article 8 du projet de loi « Séparatisme » met à jour et étend les caractéristiques des associations susceptibles d’être dissoutes.

Pourront ainsi désormais l’être celles qui « provoquent à des manifestations armées ou à des agissements violents à l’encontre des personnes ou des biens », « qui présentent, par leur forme ou leur organisation militaires, le caractère de groupes de combat ou de milices privées », ou qui « tendent » à porter atteinte (« ont pour but » dans la législation actuelle) à « la forme à la forme républicaine du Gouvernement ». Pour les associations qui provoquent « à la discrimination, à la haine ou à la violence », il suffira maintenant qu’elles y « contribuent » pour se voir dissoutes. C’est là que s’invite la notion d’« identité de genre ».

Source : famillechretienne.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine