Sexualité

Un rapport de l’UNICEF affirme que la pornographie n’est pas toujours nocive pour les enfants

Un rapport de l’UNICEF affirme que la pornographie n’est pas toujours nocive pour les enfants 14 mai 2021
pornographie enfants

Un rapport de l’UNICEF affirme que la pornographie n’est pas toujours nocive pour les enfants – WASHINGTON, D.C., 14 mai (C-Fam) Une agence des Nations Unies est à nouveau plongée dans la controverse pour un rapport récent suggérant qu’il n’y a aucune preuve concluante que les enfants exposés à la pornographie subissent des dommages.

Le rapport publié par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) traite de la manière dont la politique gouvernementale peut être utilisée pour protéger les enfants contre les contenus nuisibles, abusifs et violents en ligne. Sa conclusion est basée sur une étude européenne de 19 pays de l’UE qui a révélé que dans la plupart des pays, la plupart des enfants qui ont vu des images pornographiques n’étaient «ni bouleversés ni heureux». En fait, selon le rapport sur lequel l’UNICEF se fonde, 39% des enfants espagnols étaient heureux après avoir vu de la pornographie.

Les combattants du porno ne sont pas d’accord avec les données de l’UNICEF. «Le rapport de l’UNICEF ignore le vaste corpus de recherches démontrant les méfaits de la pornographie pour les enfants. En ignorant les effets néfastes réels que la pornographie peut avoir, l’UNICEF joue à la roulette avec la santé et la sécurité des enfants », a déclaré Lisa Thompson, vice-présidente et directrice de l’Institut de recherche du Centre national sur l’exploitation sexuelle.

L’organisation de Thompson, qui fournit des recherches d’experts pour éclairer les décisions politiques visant à mettre fin aux abus et à l’exploitation sexuels des femmes et des enfants, a constaté que la pornographie peut être un moteur central de ces abus.

«La pornographie grand public contient des abus sexuels horribles, des viols, des incestes, du racisme – que les enfants ne devraient pas consommer», a poursuivi Thompson, et «l’évaluation de l’UNICEF sur les impacts de la pornographie hardcore sur les enfants ne fait rien pour remettre en question le discours politique selon lequel la pornographie est bénigne, et, par conséquent, met les enfants en danger. ”

Source : c-fam.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine