Procréation

Violer la loi et se faire passer pour une victime…

Violer la loi et se faire passer pour une victime… 18 avril 2020
Violer la loi et se faire passer pour victime

« L’homme de ce temps a le cœur dur et la tripe sensible », écrivait Bernanos, en 1936.

Autres temps, autres circonstances, mais le constat est le même. Depuis quelques jours, nous assistons à la médiatisation larmoyante des verbatim de candidats français à la GPA, que la fermeture des frontières empêche de réceptionner la livraison du bébé commandé. On peut « admirer » la puissance du lobby pro-GPA qui leur assure une couverture médiatique de première importance. Mais n’ayons crainte, dans quelques années, lorsque les enfants achetés par GPA saisiront les tribunaux pour dénoncer la violation de leurs droits fondamentaux, ces mêmes médias pousseront des cris de vierge effarouchée comme ils le font, aujourd’hui, autour des scandales de pédophilie mondaine.

Cœur dur et tripe sensible privent l’homme moderne de ses capacités de raisonnement. Ainsi, dans ces tristes affaires, il détourne les concepts et vide les mots de leur sens : il parle d’humanité et d’intérêt de l’enfant pour justifier des processus qui ne sont rien d’autre que de l’exploitation de la misère humaine et du trafic d’êtres humains. Il se noie dans une obsession victimaire, caractérisée par « du ressentiment, des jérémiades sans fin, un médiocre apitoiement »[1] pour des personnes qui s’autoproclament indûment victimes.

Ces prétendues victimes françaises ont violé l’interdiction légale de la GPA pour passer commande dans des pays peu soucieux de respecter les droits des femmes et des enfants. Quel tour de passe-passe de se faire considérer comme une victime alors qu’on viole une loi française protégeant la non-marchandisation du corps humain et l’indisponibilité de l’état des personnes !

Source : bvoltaire.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Voici une prise de parole plus que nécessaire ! Nous alertons depuis plusieurs semaines sur ce sujet scandaleux à plus d’un titre. La GPA est illégale en France, comment se fait-il que l’Etat tolère que des ressortissants Français y aient recours à l’étranger ? Comment peut-on laisser des médias faire l’apologie de délits et de crimes sans conséquence ? 

La proposition d’écrire aux chaînes d’information qui promeuvent la GPA nous paraît tout à fait approprié pour ceux qui le veulent.