Procréation

PMA : Quels sont les facteurs qui expliquent l’infertilité, qui touche un couple sur cinq aujourd’hui ?

PMA : Quels sont les facteurs qui expliquent l’infertilité, qui touche un couple sur cinq aujourd’hui ? 15 novembre 2020
Facteurs infertilité PMA

PARENTALITE A l’occasion de la semaine de sensibilisation à l’infertilité, « 20 Minutes » se penche sur les différents paramètres qui peuvent expliquer la difficulté à procréer, de plus en plus répandue.

  • L’infertilité est un problème qui semble toucher de plus en plus de couples en France, un sur cinq si l’on en croit les derniers chiffres de 2013.
  • Si beaucoup de doutes perdurent sur les mécanismes qui peuvent expliquer cette infertilité, une donnée est maintenant avérée : la qualité et la quantité des spermatozoïdes ont baissé de moitié en trente ans.
  • De nombreux facteurs peuvent expliquer cette difficulté, autre que l’âge, qui se décale de plus en plus pour la première grossesse : tabac, cannabis, perturbateurs endocriniens, médicaments…

« Le problème, c’est que l’infertilité concerne deux partenaires et est toujours multifactorielle », introduit Nathalie Massin, responsable d’un Centre d’assistance médicale à la procréation… Est-ce le tabac, l’âge, des facteurs génétiques, des médicaments qui empêchent ce couple d’avoir un bébé ? Ou tout cela mélangé, et bien d’autres facteurs encore ?

L’infertilité est en tout cas un problème qui touche énormément de couples, même jeunes, et de plus en plus. « On a le sentiment que ça s’aggrave, avoue Stéphane Droupy, spécialiste de l’infertilité, qui vient d’ailleurs de publier Demain, tous infertiles ?*. Deux études montraient qu’en France en 2003, 18 % des couples n’avaient pas réussi à avoir un enfant après douze mois sans contraception. En 2008, c’était 24 %. » A l’occasion de la Semaine de sensibilisation à l’infertilité, 20 Minutes se penche sur les principales causes de cette problématique.

L’âge

C’est l’explication la plus évidente. En effet, l’âge moyen de la mère pour son premier enfant est passé de 24,7 ans en 1972 à 28,5 ans en 2017. Or, on sait que la probabilité d’avoir un enfant par cycle menstruel est de 24 % chez une femme de 25 ans, de 12 % à 35 ans et de 5 % à 40 ans. Par ailleurs, l’homme aussi a une horloge biologique, même si cette donnée est moins connue et qu’il reste fertile plus tard. Mais des couples jeunes, de moins de 35 ans, sont également confrontés à ces difficultés d’avoir un « bébé couette », comme le montre notre article s’appuyant sur des témoignages.

Source : 20minutes.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine