Procréation

La PMA fait aussi la fortune de coachs en fertilité improvisés

La PMA fait aussi la fortune de coachs en fertilité improvisés 21 octobre 2020
Coachs en fertilité dans le cadre de la PMA

Le coaching bien-être a investi depuis plusieurs années le domaine de la procréation médicalement assistée. Un business dangereux pour des personnes fragilisées par un désir d’enfant inassouvi.

On évalue aujourd’hui en France à 10% le nombre de couples hétérosexuels infertiles en désir d’enfant. Si les techniques de procréation médicalement assistée (PMA) sont de plus en plus performantes, et que le nombre de naissances issues de ces méthodes va croissant, seulement 20% des tentatives se soldent par une grossesse.

Derrière ce pourcentage, c’est un véritable parcours du combattant qui se dessine pour les couples et les femmes seules devant effectuer de nombreuses tentatives et surmonter plusieurs échecs afin de devenir parents. Ce sont aussi souvent des traitements particulièrement lourds physiquement, qui ajoutent à la détresse psychologique.

Face à cela, et en tout logique, certaines femmes cherchent des solutions extérieures à celles apportées dans les centres de fertilité, souvent en manque d’effectif et débordés par la demande grandissante. Très investies dans leur parcours, elles ont envie de faire davantage, de mettre toutes les chances de leurs côtés et, parfois, tombent dans une forme de pensée magique.

Bracelets, cartes et programmes de coaching

C’est une véritable brèche laquelle s’engouffrent marchand·es de babioles, praticien·nes en médecines douces ou coachs et expert·es auto-proclamé·es.

Il s’agit parfois de vendre des bracelets en topaze et cornaline pour booster la fertilité, ou des box garnies de carnets et cartes d’étape pour accompagner les injections hormonales et les différents traitements.

D’autres franchissent le cap du coaching et de l’accompagnement. «Depuis quatre à cinq ans, ce phénomène explose, constate Virginie Rio, présidente du Collectif BAMP. Des personnes sans aucune qualification se déclarent coach ou accompagnant contre rémunération.» Le caractère «auto-empirique» de la formation des entrepreneuses qui se lancent dans le coaching PMA est fréquent.

Source : slate.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine