Procréation

Inde, la police met fin à un trafic d’enfants

Inde, la police met fin à un trafic d’enfants 7 février 2020
Inde la police met fin à un trafic d'enfants

Neuf personnes, dont quatre femmes, ont été arrêtées par la police de Cyberabad en Inde. Les accusés sont impliqués dans la vente de nourrissons à des couples sans enfants.

Les différents intervenants exerçaient cette activité illégale de longue date, mais elle a été révélée il y a seulement dix jours avec l’arrestation de deux femmes prises en train de vendre un enfant. Elles sont désormais en détention préventive.

Deux courtiers travaillant pour différents hôpitaux de la ville, organisaient des collectes d’ovocytes et recrutaient des mères porteuses pour les clients de ces hôpitaux sur la base de commissions. Les hôpitaux les payaient jusqu’à 5 000 roupies (63,90€) pour organiser des dons d’ovocytes, et jusqu’à 70 000 roupies (875€) pour trouver les mères porteuses.

La police a sauvé deux nouveau-nés et les a transférés dans des maisons de soins.

Dans ce pays, le projet de loi sur la gestation par autrui a été adopté par la Lok Sabha, la chambre basse du Parlement indien, le 5 août 2019 (cf. Inde: nouvelle tentative pour interdire la GPA commerciale). Mais, lors de sa réunion du 21 novembre 2019, la Rajya Sabha, la chambre haute du Parlement indien, a adopté une motion visant à renvoyer le projet de loi à une commission spéciale. Le rapport de ladite commission spéciale sur le projet de loi sur la maternité de substitution vient d’être déposé au Parlement.

Source : genethique.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine