Procréation

GPA : la « livraisons d’embryons cryogénisés », un trafic qui contourne les interdits

GPA : la « livraisons d’embryons cryogénisés », un trafic qui contourne les interdits 2 novembre 2020
GPA : la « livraisons d’embryons cryogénisés », un trafic qui contourne les interdits

Le journal La Croix publie un dossier sur le « marché juteux » des « livraisons d’embryons cryogénisés ». Un « trafic aux limites de la légalité », en plein boom, qui s’est développé avec les techniques de PMA.

Jake explique : « Je suis employé par une société londonienne qui m’envoie récupérer des embryons cryogénisés un peu partout dans le monde, je les transporte ensuite [dans un vulgaire sac à dos en cabine] vers d’autres pays », où ils sont destinés à des GPA. Cette pratique étant désormais interdite dans certains pays d’Asie, les couples qui y avaient entamé une procédure « doivent trouver une mère porteuse dans un autre pays »[1](cf. Après l’Inde et la Thaïlande, le Cambodge interdit la GPA, Restrictions de la GPA commerciale en Inde : Des Américains veulent récupérer leurs embryons, GPA : Trafic humain transfrontalier entre l’Inde et le Népal). « Cette fois-ci, je vais chercher des embryons en Inde et au Népal et je dois ensuite les livrer dans un pays d’Europe de l’Est », pour 2000€. Ces embryons sont cryogénisés, « c’est-à-dire transportés dans de l’azote liquide, à des températures extrêmement basses »« Nous agissons parfois dans l’illégalité », avoue-t-il, « c’est interdit de faire sortir des embryons cryogénisés d’Inde mais nous le faisons quand même » (cf. GPA : Trafic humain transfrontalier entre l’Inde et le Népal).  Pour un autre livreur, californien, « ce n’est pas vraiment une interdiction. C’est plutôt un encadrement plus surveillé pour éviter les abus ».  Un troisième explique : « Si je suis toujours parvenu à passer entre les mailles du filet, c’est grâce à mon réseau. (…) Si l’on connaît les gens aux portiques, c’est quand même plus facile ».

Source : genethique.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine