Procréation

Embryons, un commerce (in)humain

Embryons, un commerce (in)humain 6 novembre 2020
Le commerce d'embryons

Blanche Streb revient sur une enquête parue dans La Croix l’hebdo. Une enquête menée tambour battant, en Inde, Au Népal, en Irlande, en France, par la journaliste Louise Audibert.

Tout est parti d’une rencontre qu’elle a faite dans un vol qui l’emmenait de Paris à New Dehli. Aux côtés de la journaliste Louise Audibert dans l’avion, un livreur un peu particulier avec qui elle entame la conversation. Il lui confie détenir, dans son simple bagage à main, les plus petits passagers clandestins qui soient : des embryons humains. Des embryons cryogénisés, c’est à dire congelés dans l’azote liquide, à moins 196 degrés.

Mais pourquoi les promener dans les airs, me demanderez-vous ?  C’est ce qui fait tout l’intérêt de cette enquête : elle met la lumière sur l’un des maillons de l’immense chaine de production que constitue la Gestation Par Autrui. La GPA. 

Ces embryons, conçus en éprouvette à un endroit du globe, sont tout simplement déracinés pour être implantés dans un nouvel univers, temporaire, le corps, et si possible pas le cœur, d’une mère porteuse. Une femme, qui, presque toujours pour de l’argent, portera cet enfant, tachera d’obéir aux consignes qui lui seront données, fera en sorte d’honorer le contrat qu’elle aura signé, mais surtout essayera, à son cœur défendant, de ne pas s’attacher à celui ou celle qui prend vie, et grandit, en son sein et sa vie. 

Source : rcf.fr

Lire la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Blanche Streb d’Alliance Vita, commente pour nous une enquête de Louise Audibert sur la réalité de la GPA. C’est un nouvel esclavage des femmes, un commerce de ce qu’elles ont de plus intime, des drames humains en cascade, pour les femmes, les hommes et les enfants.

Voir également un reportage sur ce même sujet : Les mères porteuses professionnelles des stars