Procréation

Confinement : la détresse psychosociale retenue comme motif d’interruption médicale de grossesse

Confinement : la détresse psychosociale retenue comme motif d’interruption médicale de grossesse 27 avril 2020
la détresse psychosociale retenue comme motif IVG

Le ministre de la Santé refuse l’allongement du délai légal de l’IVG mais veut permettre un accès à l’avortement pour toutes les femmes en cette période de confinement. 

Dans un courrier datant du 23 avril et que franceinfo a pu consulter, le ministre de la Santé Olivier Véran indique, et c’est une première, qu’en cas de recours tardif à l’avortement, c’est-à-dire au-delà de 12 semaines de grossesse, les médecins pourront désormais utiliser « la détresse psychosociale » comme motif d’interruption volontaire de grossesse par aspiration, si elle met en péril la santé de la mère. Une façon discrète d’offrir un peu de souplesse pour « s’assurer que toutes les femmes puissent trouver une solution d’accès à l’IVG durant cette période » de confinement, dit le ministre de la Santé.

Source : francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine