Procréation

Avortement : le confinement ne doit pas aggraver la loi

Avortement : le confinement ne doit pas aggraver la loi 2 avril 2020
Avortement : le confinement ne doit pas aggraver la loi

Interrogé mercredi 1er avril lors des questions au gouvernement, le ministre des solidarités et de la santé, Olivier Véran, a répondu à la sénatrice Laurence Rossignol sur l’accès à l’IVG pendant la crise sanitaire.
Le ministre ne voit pas  » d’opposition de principe  » à la demande des gynécologues de repousser le délai de l’IVG médicamenteuse en ville et à domicile de 7 à 9 semaines d’aménorrhée.

En cas de recours tardif après 12 semaines de grossesse, il réfléchit à une autorisation pour recourir à l’IMG (Interruption Médicale de Grossesse) pour  » détresse psychosociale « , telle que prévue dans la loi actuelle. Reste à savoir  » si l’on peut considérer qu’une jeune femme qui n’aurait pas pu aller en consultation dans les conditions classiques peut répondre à ces conditions de détresse psychosociale. » Olivier Véran, qui n’a pas caché sa position personnelle, va s’employer à ce que cette cause soit reconnue.

Source : afc-france.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine