Procréation

Adoption de la PMA pour toutes : « La GPA est quelque chose vers quoi nous devons tendre également », estime la députée de la majorité, Laurence Vanceunebrock

Adoption de la PMA pour toutes : « La GPA est quelque chose vers quoi nous devons tendre également », estime la députée de la majorité, Laurence Vanceunebrock 2 juillet 2021
Adoption de la PMA pour toutes

Adoption de la PMA pour toutes : « La GPA est quelque chose vers quoi nous devons tendre également », estime la députée de la majorité, Laurence Vanceunebrock – Le projet de loi de bioéthique, avec la mesure phare d’ouverture de la PMA à toutes les femmes, doit être adopté définitivement ce mardi dans l’après-midi. Laurence Vanceunebrock députée LREM n’est pas opposée à ce que dans l’avenir la loi aille plus loin.

« La GPA est quelque chose vers quoi nous devons tendre », estime sur franceinfo la députée LREM, Laurence Vanceunebrock, alors que la PMA pour toutes doit être adoptée à l’Assemblée nationale mardi 29 juin, et que le ministre de la Santé promet, lui, qu’il ne s’agit pas d’une ouverture vers la gestation pour autrui (GPA), comme le dénoncent les différents opposants au texte. Laurence Vanceunebrock dit respecter « cette ligne rouge », mais elle rappelle que le texte de bioéthique est « révisé tous les sept ans ». Ainsi, selon elle, « peut-être que dans sept ou quatorze ans, les choses évolueront dans ce sens ». Pour l’instant, l’élue se contente d’un « soulagement » avec la loi sur la PMA, d’autant plus « qu’il a fallu rappeler régulièrement le gouvernement à sa promesse ».

franceinfo : Cette loi qui doit être adoptée aujourd’hui, c’est un soulagement pour vous ?

Laurence Vanceunebrock : C’est un soulagement pour moi, puisque politiquement, il s’agissait d’une promesse importante du président de la République, après le quinquennat précédent où l’on avait justement éludé le sujet. Et puis, aussi, je pense à toutes ces femmes qui sont en attente. Je me dis que, maintenant, celles qui le désirent pourront tranquillement le faire. Et ne plus avoir à avancer tous ces frais, car, je le rappelle, la PMA sera remboursée par la sécurité sociale.

C’était une promesse de campagne d’Emmanuel Macron depuis un certain temps, pourquoi cela a-t-il pris autant de temps ? Est-ce-qu’il y a eu un manque de courage dans votre majorité, selon vous ?

Il faut être réaliste, on a quand même traversé deux grosses crises, celle des « gilets jaunes », et ensuite celle du Covid, que nous sommes encore en train de traverser. Pour autant, c’est vrai qu’il a fallu rappeler régulièrement le gouvernement à sa promesse, via les réseaux sociaux souvent. Je pense que ça a eu pour effet d’accélérer le calendrier pour que l’on puisse promulguer ce texte avant la fin du quinquennat.

Source : francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Voilà qui a de quoi clarifier l’objectif idéologique de la PMA sans père ! Si vous en doutiez encore, nos députés préparent déjà la suite, à savoir l’ouverture de la GPA pour tous. Nous ne devons pas être naïfs et succomber à l’idée d’une GPA dite éthique. Il n’y aura jamais d’éthique dans l’exploitation du corps des femmes et le trafic d’enfants ; c’est pourquoi le CPDH a déposé un rapport et des alertes auprès du Comité des droits de l’enfant.