Fin de vie

Scandale des corps donnés à la science : vers une réflexion bioéthique ?

Scandale des corps donnés à la science : vers une réflexion bioéthique ? 16 juin 2020
Scandale des corps université Descartes

« Le plus grand centre d’anatomie européen est depuis fin novembre sous le coup d’une fermeture administrative provisoire à cause de profonds dysfonctionnements dans l’état de conservation des cadavres, de locaux vétustes et de soupçons de marchandisation des corps. » L’enquête administrative sur les manquements constatés au centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes vient de rendre son rapport. « De graves manquements éthiques ont perduré pendant plusieurs années dans une de nos plus prestigieuses facultés » affirment l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et l’Inspection de l’éducation, du sport et de la recherche (IGESR) dans le document. « La responsabilité de l’université Paris-Descartes dans les graves errements que connaît son centre du don des corps (CDC) est clairement établie ».

e plus les deux inspections en charge de l’enquête jugent « les conditions actuelles de financement du CDC et les conditions économiques de mise à disposition des corps » « contestables au plan juridique et éthique », « mais il ne s’agit pas du prix d’un corps ou d’une partie de corps ». Les corps restent sous la responsabilité du CDC en permanence. Cependant, « le fait que des usagers, en aval, aient pu déployer une activité lucrative au sein du CDC, par les conditions financières dans lesquelles ils faisaient payer les prestations assurées à partir des corps mis à disposition, peut être considéré comme illégal et engageant la responsabilité de l’université, celle-ci n’ayant pas mis en œuvre de moyens suffisants pour le contrôler et l’empêcher » estime le rapport. « Les accusations de « marchandisation » du corps humain peuvent donc être constituées. »

Source : genethique.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine