Fin de vie

Revendiquer la mort ?

Revendiquer la mort ? 27 août 2020
Revendiquer la mort - suicide assisté, euthanasie

Alain Cocq, 57 ans, malade et paralysé demande à mourir. Comment en est-on arrivé là ?

On y est. Ils avaient pourtant assuré que ce n’était pas le but, qu’on n’y arriverait pas, mais le fait est là. On y est. Après la sédation profonde et continue jusqu’au décès « sans eau ni pain », un malade réclame une aide active pour mettre fin à ses jours.

Il s’appelle Alain Cocq, il est paralysé depuis près de 34 ans, atteint d’une maladie rare, douloureuse et incurable. Il est malade, mais il n’est pas en fin de vie. Pourtant, il a décidé de s’en remettre au président de la République, Emmanuel Macron, pour mourir. Il demande la mort « par compassion » (cf. « L’homme de ce temps a le cœur dur et la tripe sensible » (Bernanos) ), ce qu’il considère être « l’acte de soulagement ultime des souffrances physiques d’un patient ». Il refuse de parler de « suicide assisté », mais quel autre terme utiliser ? Il veut s’administrer le produit que le médecin lui délivrera. Comme en Suisse ?

En 2016, la loi Claeys-Leonetti visait à créer « de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie » en permettant la sédation profonde et continue jusqu’au décès, avec l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation reclassés pour l’occasion en traitement. Ainsi, la nouvelle loi établit que nous nous soignons quotidiennement en nous nourrissant. Manger et boire ne seraient plus de simples nécessités vitales. Mais fermons la parenthèse.

Les arguments de ceux qui se sont opposés à cette loi qu’ils jugeaient euthanasique ont été balayés d’un revers de main. Ceux qui dénonçaient une pente glissante ont été ridiculisés, ostracisés. Mais déjà elle ne suffit plus. 

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Source : genethique.org

Commentaire du CPDH

Un homme lourdement handicapé, Alain Cocq, demande au Président de la République le droit au suicide assisté, et menace s’il ne l’obtient pas, de se suicider en live sur Facebook aujourd’hui 4 septembre.La mort est-elle l’ultime recours d’une société qui ne sait plus prendre soin de ses membres les plus fragiles, que ce soit en début ou en fin de vie, ou bien lorsqu’on se sent ou qu’on est amoindri par le handicap ou le vieillissement ? L’espérance apportée par le Christ ouvre un chemin de vie et de joie … c’est bien de cela dont notre monde a besoin.

Pour plus d’infos : (re)découvrez notre fiche explicative sur la « Fin de vie »