Fin de vie

Discours Claire FOURCADE présidente de la SFAP, Congrès 2022

Discours Claire FOURCADE présidente de la SFAP, Congrès 2022 4 juillet 2022
Claire Fourcade SFAP

Discours Claire FOURCADE présidente de la SFAP, Congrès 2022 – « ET SI LA SFAP N’EXISTAIT PAS ? » PLÉNIÈRE BORDEAUX

Depuis 2 ans nous avons eu les gilets jaunes, le Covid avec ses confinements, ses visites interdites et des pratiques de soin dégradées. Nous avons maintenant la crise de l’hôpital et la guerre en Ukraine. Alors, une fois n’est pas coutume, ce matin j’ai décidé de venir avec des bonnes nouvelles.

Je voudrais d’abord remercier du fond du cœur monsieur le député Falorni. Il y a un an le projet de loi visant à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté qu’il portait et qui n’a pas abouti, a été pour nous tous un électrochoc, vous savez celui qui fait repartir le coeur.

Grâce à lui nous avons lancé une grande consultation nationale qui a donné à la Sfap un mandat clair pour participer à tous les débats sur le sujet de la fin de vie et pour dire que « faire mourir n’est pas un soin » car, non, faire mourir ne peut pas être un soin. Je suis médecin, la mort n’est pas mon métier.

Grâce à lui nous avons ensuite lancé la 1ère campagne de communication sur les soins palliatifs. Elle a été vue par près de 17 millions de personnes et plus de 150 000 sont venues sur le site « osons vivre » pour y trouver des informations sur les soins palliatifs.

Cette campagne s’est doublée d’une campagne d’influence qui nous a permis de rencontrer toutes les équipes des candidats à la présidentielle et de faire entendre la voix des SP par le site « mobilisation soins palliatifs ». Une campagne qui, avec votre aide, va se poursuivre auprès des députés qui vont être élus dimanche et qu’il va falloir tous inviter dans nos structures pour les sensibiliser aux soins palliatifs parce qu’un député venu, c’est presque toujours un député convaincu.

Source : sfap.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Un texte magnifique de la présidente de la Société Française d’Accompagnement et de Soins Palliatifs ! Pour elle, la médecine n’a pas besoin d’évolution mais d’une révolution : replacer l’Humain et le patient au cœur des soins pour vivre jusqu’à la fin dans la dignité. La légalisation de l’euthanasie ne sera jamais le chemin d’accès à la dignité mais toujours l’échec du soin. A méditer ! Et c’est aussi un combat qu’il nous faut soutenir dans le plaidoyer.