Vie

En créant des organoïdes humains qui développent une activité spontanée, les scientifiques ont franchi un « Rubicon éthique »

En créant des organoïdes humains qui développent une activité spontanée, les scientifiques ont franchi un « Rubicon éthique » 24 octobre 2019
Ondes cérébrales organoïdes humains

Des ondes cérébrales proches de celles des bébés prématurés ont été observées chez des organoïdes, sans aucun stimulus extérieur.

Réunis au Congrès Neuroscience 2019 de Chicago, des scientifiques viennent de soulever une question éthique primordiale en révélant les résultats d’une étude, publiée le 3 octobre dernier. Des organoïdes corticaux humains ont été créés en laboratoire et ont présenté « une augmentation constante de l’activité électrique sur une période de plusieurs mois ». Les ondes cérébrales observées avaient des caractéristiques similaires à celles observées chez les bébés prématurés.

« La formation de réseau spontanée a présenté des événements oscillatoires périodiques et réguliers dépendant de la signalisation glutamatergique et GABAergique. L’activité oscillatoire est passée à des schémas plus irréguliers spatio-temporellement, et les événements de réseau synchrones ressemblaient à des caractéristiques similaires à celles observées en électroencéphalographie humaine prématurée. »

Les organoïdes sont développés depuis une dizaine d’années par la communauté scientifique. Ils concernent plusieurs organes, dont le cerveau. Mais la nouveauté est que ces organoïdes ont développé une activité électrique seuls, sans stimuli extérieurs.

Pour certains des chercheurs rassemblés au congrès de Chicago, les scientifiques qui se consacrent à ces études sont « dangereusement » près de franchir une ligne éthique.

Source : infochretienne.com

Découvrez la suite de l’article sur le site d’origine

A lire également : Ceci est un mini-cerveau actif !

Commentaire du CPDH

Des chercheurs sont parvenus à reproduire un mini-cerveau humain actif, appelé organoïde. Bien que certains y voient une avancée scientifique et des applications médicales, nous regrettons que les questions éthiques ne soient pas mieux prises en compte. En effet, il faudrait un encadrement beaucoup plus strict de ces recherches afin d’éviter les dérives.