Début de vie

Les bébés génétiquement modifiés présentent un risque de mort prématurée

Les bébés génétiquement modifiés présentent un risque de mort prématurée 6 décembre 2019
Les bébés génétiquement modifiés présentent un risque de mort prématurée

Selon une étude, les « bébés CRISPR », dont les gènes ont été modifiés par le chercheur chinois He Jiankui afin qu’ils soient résistants au VIH, pourraient avoir une espérance de vie réduite par rapport à la moyenne mondiale.

En novembre 2018, le chercheur chinois He Jiankui affirmait avoir fait naître les premiers bébés génétiquement modifiés au monde. Une étude publiée lundi 3 juin dans la revue scientifique Nature Medecine avance que l’espérance de vie des deux jumelles nées via ce processus, Lulu et Nana, pourrait être réduite à cause de cette manipulation génétique.

En 2018, He Jiankui se servait de l’éditeur génétique CRISPR lors d’une fécondation in vitro, afin de faire muter le gène CCR5 des embryons. Le but : protéger les futurs bébés d’infections telles que le VIH, la variole ou encore le choléra, grâce à cette mutation nommée « CCR5 delta 32 ».

Source : france24.com

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Les doutes se confirment sur les essais de bébés génétiquement modifiés. Aujourd’hui, pour les deux jumelles nées en Chine avec une modification génétique artificielle – sensée les immuniser contre le VIH – leur espérance de vie semble se réduire face à des maladies bénignes. Mais demain quelles pourraient être les conséquences non-anticipées de ces expérimentations ? Dieu a créé l’être humain et il ne nous appartient pas de décider ce qui, dans son génome, doit être modifié ou non. Il est grand temps qu’un principe de précaution soit mondialement établi pour protéger non seulement notre environnement, mais aussi notre humanité.