Biotechnologies

L’Europe s’engage dans la bataille de l’intelligence artificielle

L’Europe s’engage dans la bataille de l’intelligence artificielle 19 février 2020
Intelligence artificielle
La Commission européenne lance le débat, ce mercredi, sur l’intelligence artificielle. Dans un secteur dominé par les États-Unis et la Chine, l’UE a-t-elle les moyens de peser ?

Big brother à la chinoise ou simple moyen de paiement, la reconnaissance faciale divise et Bruxelles lancera mercredi un grand débat sur l’intelligence artificielle, bien décidé à prévenir les dérapages. Pour réguler un secteur en pleine croissance et largement dominé par les États-Unis et la Chine, la Commission européenne va présenter un « livre blanc » avec des pistes d’actions. Après avoir consulté toutes les parties prenantes, entreprises, syndicats, société civile, les gouvernements des 27 États membres, elle espère faire des propositions législatives à la fin de l’année.

Parmi les sujets sensibles, la reconnaissance faciale de masse. « Ce que j’ai vu à Hong Kong m’a véritablement effrayée », reconnaissait il y a quelques jours devant des journalistes la vice-présidente de la Commission européenne en charge du numérique, Margrethe Vestager. Lors des manifestations massives contre Pékin, « les gens ont reçu un message sur leur smartphone : « Nous savons que vous êtes là, vous devriez peut-être rentrer chez vous ». Ce n’est pas vraiment un soutien à la liberté de se réunir ou de s’exprimer », a-t-elle déploré.

Source : letelegramme.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Cet article nous indique que la commission européenne veut réfléchir aux enjeux éthiques qui sont liés à l’usage de “l’intelligence artificielle”. Les risques de surveillance et de contrôle par des organisations supra gouvernementales sont certains. A ce propos le CPDH vous renvoie vers deux textes pour approfondir le sujet : les pages 16 à 18 du livret “Quel monde voulons-nous  pour demain ?” et les recommandations de la CNIL (Enjeux éthiques des algorithmes et de l’intelligence artificielle”).