Biotechnologies

Intelligence artificielle : « Tout choix volontaire n’est peut-être pas libre »

Intelligence artificielle : « Tout choix volontaire n’est peut-être pas libre » 18 mars 2020
Intelligence artificielle

Dans son ouvrage La Fin de l’individu, voyage d’un philosophe au pays de l’Intelligence artificielle, « une enquête, fruit de 125 entretiens avec des spécialistes pour la majorité américains et chinois », le philosophe et essayiste Gaspard Koenig « s’inquiète du nouveau monde proposé par les nouvelles technologies ».

Pour le philosophe, l’intelligence artificielle est un sujet « intimidant » parce que « les gens dans ce milieu ont un tel niveau de connaissance qu’il est difficile d’avoir un droit de parole sur le sujet ». « Pourtant, il importe d’apporter une pensée critique », estime-t-il. Pour Gaspard Koenig, en France, « les débats intellectuels sont pauvres », opposant parfois « schématiquement les technophiles gagas et les technophobes apocalyptiques » car on pense que l’intelligence artificielle « reste un domaine de pointe, alors qu’elle intervient dans toutes les applications ». Mais pour l’essayiste, « nous nous situons dans un moment comparable à celui où la machine à vapeur a été inventée et qui a changé radicalement les rapports sociaux et la pensée ».

Source : genethique.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine