Biotechnologies

Des scientifiques ont augmenté le cerveau de singes

Des scientifiques ont augmenté le cerveau de singes 23 juin 2020
Des scientifiques ont augmenté le cerveau de singes

La nouvelle peut fasciner ou donner froid dans le dos. Des chercheurs ont réussi à « pirater » l’évolution, en reproduisant en accéléré la transformation du cerveau de singe vers le cerveau humain, grâce à un gène accroissant le nombre de cellules souches de neurones. Une expérience interrompue pour des raisons éthiques, mais qui soulève tout de même de nombreuses interrogations sur ce type de manipulation.

Et si grâce à des manipulations génétiques les singes devenaient aussi intelligents que l’Homme, rivalisant avec eux comme dans la Planète des singes ? Le sujet fascine les scientifiques depuis des années, et une nouvelle expérience nous rapproche un peu plus du livre de Pierre Boule adapté au cinéma en 1968. Des chercheurs allemands et japonais affirmentavoir « hacké » l’évolution du cerveau en augmentant le volume du néocortex chez des embryons de ouistitis.

Le cerveau humain, fruit d’une lente évolution depuis le singe

Sept millions d’années séparent les grands singes des premiers Homo sapiens. Une lente évolution qui s’est notamment traduite par une augmentation de la taille du cerveau, et une modification de sa structure, avec notamment une expansion du néocortex cérébral. Ce dernier, la partie la plus jeune du cortex cérébral au cours de l’évolution, est environ trois fois plus grand que celui de notre plus proche parent, le chimpanzé. Il est au centre des fonctions cognitives comme le raisonnement ou le langage. Une des questions clés pour les scientifiques est de savoir comment le néocortex a pu devenir si grand et nous donner nos capacités cognitives.

Le saviez-vous ?

De nombreux chercheurs travaillent depuis plusieurs années à découvrir les gènes responsables de l’évolution du cerveau humain. En 2015, des scientifiques chinois avaient misé sur le gène MCPH1, qu’ils avaient implanté dans le cerveau de 11 macaques rhésus (voir article précédent, ci-dessous). Si les singes génétiquement modifiés n’avaient pas vu leur cerveau grossir, ils avaient montré de meilleurs résultats à des tests de mémoire, selon les chercheurs.

Source : futura-sciences.com

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine