Société

 » Rejeter l’hypothèse selon laquelle les barbaries passées « ne peuvent pas se reproduire » « 

 » Rejeter l’hypothèse selon laquelle les barbaries passées « ne peuvent pas se reproduire » «  26 juin 2020
Barbaries passées ne peuvent pas se reproduire ?

« L’affirmation selon laquelle certaines vies humaines n’ont pas d’importance ou qu’elles ont moins de valeur que d’autres est aujourd’hui de plus en plus acceptée dans la société », affirme Calum MacKellar, directeur de recherche du Scottish Council on Human Bioethics. « Ainsi, il est suggéré que si une vie n’atteint pas un certain seuil de qualité minimum ou n’est pas jugée digne d’intérêt, elle ne devrait pas être créée ou devrait être supprimée ». Pour illustrer son propos, l’éthicien rappelle qu’en 2019, en Angleterre et au Pays de Galles, 656 avortements ont été pratiqués sur des fœtus porteurs de trisomie 21, et 17 en raison d’une fente labiale ou palatine.

Pour Calum MacKellar, « cette façon de penser n’est cependant pas nouvelle ». Au début du XXe siècle, « en particulier dans des pays comme l’Allemagne », beaucoup ont accepté le concept d’une « vie indigne de la vie », introduit en 1920 par le psychiatre Alfred Hoche et l’avocat Karl Binding. Légitimant ainsi l’eugénisme (bonne naissance en grec) : « veiller à ce que seules certaines personnes ayant une vie de qualité naissent », et le fait d’« accepter que certaines personnes ayant une vie inférieure ou dénuée de sens meurent par euthanasie (bonne mort en grec) ».

Source : genethique.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Un article très intéressant sur la société actuelle. Si l’idée de l’eugénisme n’est pas nouvelle, les possibilités techniques légitiment aujourd’hui le fait de considérer certaines vies comme indignes d’être vécues : un taux d’avortement de 90% en cas de suspicion de trisomie 21, le dépistage pré-natal ou pré-préimplantatoire afin d’éliminer les embryons anormaux, les débats sur l’euthanasie ou le droit (devoir?) de choisir sa mort pour ne pas être un fardeau. Il est urgent de remettre l’humanité et la solidarité au centre !