Société

Réforme des retraites : pourquoi les mères de famille nombreuse pourraient être les grandes perdantes

Réforme des retraites : pourquoi les mères de famille nombreuse pourraient être les grandes perdantes 29 janvier 2020
Réforme des retraites familles nombreuses

INTERVIEW – Cinq associations familiales ont exposé lundi leur crainte que la réforme des retraites ne porte préjudice aux mères de famille nombreuse. Un porte-parole nous explique pourquoi.

Elles sont inquiètes à l’idée que les femmes, et notamment les mères de famille nombreuse, soient lésées par le futur système de retraite. Cinq associations familiales (Associations familiales catholiques, Familles de France, Mouvement mondial des mères, Confédération syndicale des familles et Associations familiales protestantes) ont fait passer le message lundi lors d’une conférence de presse commune. 

« Une vigilance s’impose sur l’impact réel que pourra avoir la réforme sur l’écart de pension entre hommes et femmes et sur la pension des mères en particulier », insistent ces associations. LCI a interrogé l’un de ses porte-parole, spécialiste des politiques familiales, sur l’un des points qui crispe le plus : le remplacement des trimestres supplémentaires accordés aux mères par une majoration de points.

LCI : En quoi, selon ces cinq associations, la fin des trimestres supplémentaires accordés aux mères risque-t-il de les pénaliser ?

Mériadec Rivière : Actuellement une majoration de durée d’assurance est attribuée à toutes les femmes dès le premier enfant. Ce dispositif consiste à majorer la durée de cotisation de huit trimestres (c’est-à-dire deux ans) par enfant. L’attribution de ces trimestres est au choix des parents pour moitié (soit quatre trimestres) mais l’autre moitié est réservée à la mère qui accouche, étant donné l’impact sur les carrières de la grossesse et de la maternité. Dans la pratique, l’ensemble des huit trimestres bénéficie dans 90% des cas aux femmes, puisque les hommes font rarement valoir leurs droits.  

Or le projet de loi supprime cette majoration de durée d’assurance. Cela pénalise particulièrement les femmes et notamment les familles nombreuses dans lesquelles les interruptions d’activité pour les femmes sont les plus importantes. Il faut en effet savoir que le taux d’activité des femmes passe de 79% lorsqu’elles ont deux enfants à charge à 62% pour trois et 33% pour quatre. 

Source : lci.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Le débat sur les retraites pose inévitablement la question du respect de l’être humain, de son travail et de sa contribution à la vie en société. Cinq associations familiales – dont les associations familiales protestantes – tirent ensemble la sonnette d’alarme pour défendre les mères de familles qui seraient perdantes avec la réforme qui s’annonce en France. Article à lire pour bien comprendre.