Société

PMA pour toutes : le projet de loi bioéthique voté de justesse au Sénat

PMA pour toutes : le projet de loi bioéthique voté de justesse au Sénat 4 février 2020
PMA pour toutes : le projet de loi bioéthique voté de justesse au Sénat

Le texte, largement remanié, a été adopté en première lecture par 153 voix contre 143. Il va repartir en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

C’est un vote très symbolique qui est passé avec une très courte majorité. Le Sénat, dominé par l’opposition de droite, a voté mardi, grâce aux votes LREM et de gauche, le projet de loi bioéthique. Le texte, qui a été fortement modifié par les sénateurs, ouvre la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples de femmes. Il va maintenant repartir en deuxième lecture à l’Assemblée nationale.

Dans un hémicycle quasiment plein, le projet de loi a été voté par 153 voix pour, 143 voix contre et 45 abstentions. La majorité sénatoriale de droite a largement voté contre ce texte. Il a été adopté grâce aux voix de la gauche, qui, bien qu’insatisfaite des modifications apportées en séance, a souhaité « sauver » l’extension de la PMA. Seuls 25 sénateurs LR et 11 centristes se sont prononcés pour. Comme les groupes PS et CRCE à majorité communiste, les groupes LREM et RDSE à majorité radicale ont largement voté pour, non sans avoir hésité face aux différentes « lignes rouges » posées lors de l’examen des articles. « Ce texte ne satisfera globalement probablement personne », a résumé Véronique Guillotin (RDSE), expliquant toutefois ne pas pouvoir « se résoudre à rendre une copie blanche ».

Source : lepoint.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Mardi 4 février, les sénateurs ont voté le projet de loi bioéthique par 153 voix contre 143, une très courte majorité.
Les modifications apportées au texte par les sénateurs vont, pour certaines, dans le bon sens : suppression de la PMA post-mortem, suppression de la filiation d’intention, suppression de l’autoconservation des ovocytes, suppression de la transcription automatique des GPA réalisées à l’étranger, non remboursement de la PMA sans motif médical, interdiction des chimères… Mais tout ne nous satisfait pas pour autant (expérimentation sur l’embryon humain autorisé jusqu’à 3 semaines de développement et « PMA sans père » par exemple) !

Il faut continuer nos actions en vue de la 2e lecture à l’Assemblée Nationale ! Plus d’infos à venir.