Société

Nos identités à l’épreuve du confinement

Nos identités à l’épreuve du confinement 10 avril 2020
Nos identités à l'épreuve du confinement

Nous sommes entrés en confinement fort de notre vision du monde et de nous-mêmes. Tout à coup, notre condition ordinaire a perdu son assise. Le plus évident est notre mobilité et ce n’est pas rien. Voitures et vélos restent au garage, les chaussons n’ont jamais autant servi. Ne plus sortir revient à perdre un support essentiel de l’identité de l’individu contemporain à savoir sa composition multidimensionnelle ou plurielle.

D’habitude, nous faisons l’expérience de nous-mêmes à travers la multitude de scènes sur lesquelles nous développons des facettes différentes. Nous sommes un·e professionnel·le perçu·e comme tel·le par nos collègues ou clients, usagers. Nous sommes également un·e partenaire agréable du club de sport, de tricot ou de l’amicale de… ou de bien autre chose. Mais nous avons aussi des parents (ou des enfants) qui nous confirment non seulement notre statut d’enfant (ou de parent) mais également la manière dont nous interprétons, de façon particulière, le rôle qui lui est associé.

Nous sommes aussi client·e de boutiques où nous avons des habitudes et où nous sommes identifiés dans notre singularité : la libraire sait que nous sommes accros aux polars nordiques et le poissonnier nous sait friand de maquereaux frais. Nous comptons aussi sur les anonymes que nous croisons dans la rue et qui, par leurs regards, confortent l’image que nous nous faisons de nous par notre voiture, nos habits, nos coiffures ou notre maquillage.

Toutes ces dimensions sont suspendues et désormais, nous sommes réduits à notre facette active dans le cadre de notre logement : célibataire, en couple, parent, enfant… On peut bien sûr en combiner deux ou trois si cohabitent des générations mais on voit bien que nous sommes rétrécis, réduits à une portion congrue de la palette des dimensions qui nous composent. Et, notamment quand le logement est petit, nous rencontrons des difficultés à maintenir des territoires personnels.

Source : www.infochretienne.com

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine