Liberté d'expression et de religion

L’irréligion d’État peut-elle vaincre le terrorisme islamiste ?

L’irréligion d’État peut-elle vaincre le terrorisme islamiste ? 20 octobre 2020
Combattre le terrorisme par la laïcité ?

Provoqués par l’assassinat terroriste de Samuel Paty, de nombreux dirigeants politiques français se lancent dans une guerre contre les islamistes, au nom d’une laïcité méprisante. Pour l’essayiste Xavier Patier, il s’agit moins de faire la guerre que de gagner la paix, oser s’attaquer à la racine du mal et oser faire aimer la France.

Les présidents de Conseils régionaux viennent d’annoncer leur intention, présentée comme une riposte à l’assassinat de Samuel Paty, de diffuser dans tous les lycées de France un manuel représentant les caricatures de Mahomet, et les caricatures religieuses en général. Quelle que soit l’horreur ressentie après la décapitation d’un enseignant par un islamiste, cette décision interroge notre tradition de laïcité.

Une laïcité détournée

« Pas de religion d’État, pas d’irréligion d’État » : la formule de Briand, prononcée à propos de la Loi de Séparation de 1905, résume la conception française de la laïcité. Elle n’est pas agressive. Elle est d’ailleurs reformulée dans l’article premier de notre Constitution de 1958 : « La France […] assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. » Je me rappelle ce maître de conférences de Science Po à la fin des années soixante-dix, conseiller d’État et franc-maçon, qui répétait à ses élèves : « La France respecte toutes les croyances : c’est beau ! Cette phrase qui sonne si bien est le cœur de ce que nous sommes. » Notre laïcité est fondée sur l’idée de respect. Il n’est nulle part écrit que la République méprise toutes les croyances.

Source : fr.aleteia.org

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

L’auteur de ce texte nous rappelle que le pilier de la laïcité, son fondement, est le respect de toutes les croyances. Notre gouvernement, les élus de la République, les institutions en tout genre, respectent-ils encore cet engagement envers tous les Français ?  Parfois, nous sommes en droit de nous poser la question, quand nous nous sentons méprisés et non écoutés en tant que citoyens, en tant que chrétiens ou croyants d’autres religions. La réponse au terrorisme islamiste ne pourra pas être une provocation de plus, mais bien la démonstration d’un forme de respect pour chaque être humain créé à l’image de Dieu.