Liberté d'expression et de religion

La liberté d’expression nuit-elle à la fraternité ?

La liberté d’expression nuit-elle à la fraternité ? 1 novembre 2020
La liberté d’expression nuit-elle à la fraternité ?

Qu’est-ce que la liberté d’expression ? Jusqu’où peut-elle s’exercer ? À Morlaix comme ailleurs, les avis divergent sur ces questions qui seront abordées lors de l’hommage à Samuel Paty ou dans les semaines à venir.

Le sujet est sensible. Depuis les attentats de Charlie Hebdo en 2015, il est difficile de débattre sereinement de la liberté d’expression, pourtant garantie par la Constitution. Face à ceux qui la défendent bec et ongles, émergent de plus en plus de « oui mais », comme Jean-Michel Moysan, prêtre de la paroisse Saint-Yves, et Omar Safouane, président de l’association Ti Salam, qui regroupe les musulmans du pays de Morlaix. Ils estiment que la liberté d’expression ne doit pas venir heurter la liberté de conscience.

Des assassinats « injustifiables »

Les deux hommes ont plus de points communs qu’on l’imagine. D’abord celui de condamner fermement l’attaque meurtrière à la basilique de Nice, ainsi que l’assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre, pour avoir montré en classe une caricature du prophète Mahomet. « Des actes barbares et inhumains, juge Omar Safouane. Aucune personne normalement constituée ne peut cautionner le fait d’ôter la vie à qui que ce soit. Cela ne peut se prévaloir d’aucune religion ni d’aucune idéologie ». « C’est injustifiable, assure, quant à lui, le père Moysan. N’y a-t-il pas, pour les humains, un interdit fondamental, transcendant toutes nos rivalités : « Tu ne commettras pas de meurtre ». L’homme est sacré ».

Sur les caricatures aussi, les deux religieux ont des avis convergents. À la question « Fallait-il republier les caricatures de Mohamet ? », ils répondent pas la négative. Pourquoi ? En substance, pour ne pas jeter d’huile sur le feu.

Source : letelegramme.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine