Société

Les députés se déchirent sur la bioéthique à l’Assemblée nationale

Les députés se déchirent sur la bioéthique à l’Assemblée nationale 3 juin 2021
députés bioéthique

Les députés se déchirent sur la bioéthique à l’Assemblée nationale – GPA, PMA post-mortem, PMA pour les trans : La Manif Pour Tous demande au gouvernement une clarification après les propos choquants de Jean-Louis Touraine en commission spéciale. Le « rapporteur-provocateur » a franchi la ligne rouge à plusieurs reprises et n’a été remis en place ni par la majorité ni par les ministres qui brillent par leur absence pour le retour du projet de loi ni bio ni éthique.

« La politique des petits pas a trop duré. On nous a dit le mariage mais pas la filiation, puis la filiation mais pas la PMA sans père. On nous dit aujourd’hui la PMA sans père mais pas la GPA. Et demain ? Pour Jean-Louis Touraine, c’est évident : toutes les transgressions doivent être franchies les unes après les autres. Et le silence de la majorité et du gouvernement a de quoi inquiéter » tonne Ludovine de La Rochère,

Présidente de La Manif Pour Tous qui dénonce la mascarade de l’examen du projet de loi bioéthique en commission spéciale à l’Assemblée nationale cette semaine. Les députés de la majorité sont butés : leur seul et unique objectif est de revenir au texte originel du gouvernement, gommant sans scrupule toutes les modifications apportées par le Sénat en deuxième lecture, notamment la très controversée mesure ouvrant la PMA aux couples de femmes et aux célibataires. La Manif Pour renouvelle donc son appel à manifester aux abords de l’Assemblée nationale les lundi 7 et mardi 8 juin prochains à 19h, couvre-feu oblige.

La ligne rouge fixée par le gouvernement est donc allègrement franchie par certains députés qui se radicalisent de plus en plus, à commencer par Jean-Louis Touraine qui ne fait pas mystère de son intention d’aller de transgression en transgression sur la filiation et la marchandisation de l’Humain. Et face à ces manœuvres, la majorité reste silencieuse pour mieux laisser faire. Les députés de la majorité ont tenu à supprimer un ajout des sénateurs en préambule qui précisait tout simplement qu’ « il n’existe pas de droit à l’enfant ».

En agissant ainsi, la majorité confirme qu’elle crée un droit à l’enfant avec ce texte. C’est précisément ce qui est au cœur du dissensus croissant au Parlement comme au sein de la société sur ce projet de loi : faut-il militer comme Jean-Louis Touraine et bien d’autres pour « le droit à l’enfant » ou s’engager courageusement dans la défense « des droits de l’enfant » ?

La Manif Pour Tous en a fait le slogan de sa mobilisation : « l’égalité des droits, c’est dès la naissance ». Concrètement, cela signifie qu’un enfant a droit à un père et une mère et certainement pas à en être volontairement privé. Rien ne justifiera jamais la PMA sans père qui, par définition, vole leur père aux enfants concernés et victimes.

Source : lamanifpourtous.fr

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Les débats en troisième lecture du projet de loi bioéthique ont repris le 1er juin à l’Assemblée Nationale. Déjà le parti pris idéologique se fait sentir : les députés de la majorité ont décidé de revenir au texte originel ouvrant la PMA sans père, les embryons chimères, l’avortement pour détresse psychosociale et autres réjouissances….

Sans tenir compte du débat démocratique et des modifications du Sénat sur ce texte ! Au moins ils n’avancent pas masqués, leur stratégie transgressive est très claire !

Signez et relayez cette pétition pour définir la filiation. Vous pouvez également participer aux rassemblements de protestation (à Paris) les 7 et 8 juin