Société

La laïcité bousculée par le voile

La laïcité bousculée par le voile 4 novembre 2019
La laïcité bousculée par le voile

Après trois semaines de polémiques ininterrompues sur le voile musulman, des représentants religieux s’inquiètent de voir poindre une définition plus rigide de la laïcité, qui voudrait renvoyer les religions au domaine strictement privé.

Il se savait écouté par le chef de l’État et a pesé chacun de ses mots. Mardi 29 octobre, lors de l’inauguration d’un centre communautaire parisien, Joël Mergui, le président du Consistoire central – instance représentative du judaïsme français –, s’est exclamé : « Nos jeunes, qui ne demandent qu’à construire leur avenir sans céder sur leur foi, ne doivent pas devenir des victimes collatérales d’une laïcité de combat contre l’islamisme radical, qui n’est pas une religion mais une idéologie politique. »

Emmanuel Macron, présent ce soir-là, s’est voulu rassurant, lui répondant quelques minutes plus tard dans son allocution que la laïcité n’était à son sens « ni la négation du fait religieux, ni un outil de lutte contre les religions ». Les faits semblent pourtant témoigner d’un raidissement de la société contre toute forme d’expression religieuse trop visible dans l’espace public.

Une étude Ifop pour Le Journal du dimanche publiée fin octobre montre que 75 % des Français souhaitent l’interdiction du port de signes religieux ostensibles pour les usagers des services publics. La semaine dernière, le Sénat votait une proposition de loi interdisant aux parents accompagnant une sortie scolaire de porter des signes religieux ostensibles. Il y a une semaine, Marine Le Pen, présidente du Rassemblement national, se prononçait même pour l’interdiction de la kippa, au nom de la nécessité d’interdire le voile dans l’espace public : « Nos compatriotes juifs ne posent aucun problème avec leur kippa. Je leur demande de faire ce sacrifice pour pouvoir mettre en place une véritable lutte contre le fondamentalisme islamiste dont ils sont eux-mêmes en partie les victimes. »

Source : la-croix.com

Découvrez la suite de l’article sur le site d’origine