Société

Dans l’après-confinement, activer sa boussole éthique pour orienter sa quête de sens

Dans l’après-confinement, activer sa boussole éthique pour orienter sa quête de sens 7 juillet 2020
Une boussole éthique pour orienter sa quête de sens

Le temps du confinement fut l’occasion d’une effervescence, tant intellectuelle qu’émotionnelle, sur un éventuel « monde d’après ». Éventuel, car les mécanismes d’inertie restent nombreux, favorisant le « retour à la normale », le « business as usual », plus que le questionnement de nos schémas de pensée et d’action.

Si le confinement a représenté une rupture dans notre rapport à l’espace et au temps provoquant une suspension de sens, le déconfinement nous invite à interroger notre rapport au monde en posant la question « comment reconstruire le sens ? ». En effet, celui-ci n’est pas immanent, il ne tombe pas du ciel, mais au contraire se tisse dans l’interaction entre nos valeurs et le réel qui résiste.

Le développement d’une éthique personnelle fonctionnant comme une « boussole » pour l’action constitue un formidable outil pour accompagner notre quête de sens au quotidien. Les quelques témoignages que nous avons recueillis dans le cadre de nos travaux de recherche viennent illustrer cette idée.

Source : theconversation.com

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Un article très intéressant sur le questionnement éthique. Il existe de nombreuses définitions de ce qu’est l’éthique, cependant le fait de placer son éthique personnelle comme boussole de décision doit nous parler en tant que chrétiens : faire ce qui est juste selon les lois de Dieu, c’est souvent rechercher la troisième voie entre ce que la société nous dicte et ce que nos penchants naturels nous imposent (voir Ethique de Dietrich Bonoeffer).