Société

Covid-19 : L’éthique à l’épreuve

Covid-19 : L’éthique à l’épreuve 11 mai 2020
L'éthique à l'épreuve

Alors que la crise sanitaire met en valeur l’importance des gestes techniques dans la prise en charge des patients gravement atteints par le Covid-19, des questions éthiques surgissent aussi à chaque étape des parcours de soin. Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale à l’université Paris-Saclay, nous éclaire sur les principes moraux sous-jacents au coronavirus.

« Les algorithmes décisionnels utilisés ordinairement en réanimation pour déterminer si un patient peut bénéficier des soins critiques s’appliquent-ils à la situation actuelle ? Quelles seront les conséquences d’une décision de réanimer ou d’arrêter les soins si l’équipe médicale n’est pas convaincue du bien-fondé des choix ? A situation d’exception, éthique d’exception ? » Ces questionnements ne sont que quelques uns des exemples soulevés dans le document rédigé en urgence par l’Espace Ethique d’Ile-de-France sur « Les enjeux éthiques décisionnels en réanimation », destiné aux professionnels de santé.

Son directeur, Emmanuel Hirsch, est à la tête d’une équipe qui fournit des « fiches » abordant des thématiques liées à l’éthique au temps du coronavirus, comme « handicap et précarité » ou « Ehpad et domicile ». Force est de constater que les interrogations suscitées par la violence de la crise dépassent largement les enjeux de la « médecine de guerre », et la question du « triage » des malades.

Source : actusoins.com

Découvrir la suite de l’article sur le site d’origine

Commentaire du CPDH

Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale, nous présente les défis éthiques auxquels sont confrontés les soignants depuis le début de la crise du Covid19 : triage des malades, réanimation, accompagnement de la fin de vie et soins palliatifs. Pour lui, cette crise ne fait que révéler les fragilités déjà existantes dans notre société, les défauts de notre démocratie tentée par l’autoritarisme, le manque de solidarité et les coupes budgétaires dans les secteurs vitaux. Si le scénario était prévisible, les conséquences de cette situation « dégradée » de soins seront bel et bien durables autant du côté des patients avec des deuils pathologiques à prévoir, que du côté des soignants qui souffriront de stress post-traumatique pour certains.