Citoyenneté

Comment des évangéliques français veulent investir le terrain politique

Comment des évangéliques français veulent investir le terrain politique 16 octobre 2019
Masterclass politique

Reportage 

À moins de six mois du prochain scrutin local, le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a organisé une masterclass inédite pour les fidèles investis – ou désireux de s’engager – en politique. Avec pour objectif de les inciter, notamment, à faire davantage entendre leurs voix auprès des édiles.

Une journée « placée sous le signe de la pédagogie, et de la mise en réseau ». En lien avec le Comité protestant évangélique pour la dignité humaine (CPDH), le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a organisé, il y a quelques jours, une masterclass inédite pour leschrétiens engagés – ou prêts à se lancer – en politique, dans la perspective notamment du scrutin municipal de mars 2020.

Conférence recensant « dix conseils bibliques importants avant tout engagement en politique » animée par le pasteur Éric Denimal (1), table-ronde avec de nombreux élus – députés, maires, adjoints, conseillers… –, ateliers pour réfléchir sur les « forces et faiblesses de l’engagement politique chrétien » ou pour apprendre à « témoigner de sa foi dans [ces] milieux »… Dense, cette initiative – qui s’est déroulée dans l’enceinte de l’Église Paris Métropole, dans le XIe arrondissement – invitait notamment les fidèles à davantage se manifester auprès de leurs édiles.

L’instance, qui regroupe près de 75 % des évangéliques français, avait-elle identifié en amont une demande d’éclairage sur cet enjeu ? Oui, si l’on en croit bon nombre de participants. « Nous avons du retard là-dessus, mais j’aimerais que nos Églises deviennent des lieux de débats, prônant l’exemple d’une gouvernance plus réfléchie et plus humble », témoignait André Pownall, un pasteur retraité de l’Union des Église évangéliques libres.

Source : la-croix.com

Découvrez la suite de l’article sur le site d’origine