PMA SANS PÈRE

Tous les argumentaires à connaître

Pourquoi les femmes célibataires n’auraient pas le droit d’avoir des enfants ? Les gens qui sont contre cette loi sont-ils homophobes ? La loi est passée, ça ne sert plus à rien ! Découvrez tout ce que nous pouvons dire à nos concitoyens.

Que répondre à :

La PMA pour toutes n’enlève rien à personne mais elle ouvre de nouveaux droits pour les femmes.

La PMA pour tous, hors critère d’infertilité, impacte toutes les familles :

  • En élargissant la PMA à toutes les femmes, on modifie la filiation qui n’est plus seulement fondée ou calquée sur la réalité biologique mais fondée sur les seuls désirs. Il ne sera plus tenable d’imposer sa paternité à un homme qui n’en veut pas, dès lors qu’il n’a pas l’intention d’être père : « Je suis père de cet enfant, peutêtre puisque le test ADN l’affirme, mais je n’en avais pas le souhait, je ne projetais pas de devenir père. Je ne veux pas le reconnaître ».
  • Qui dit simple volonté dit réversibilité. Allonsnous vers un « divorce » parents-enfants ?
  • Cette loi ouvre grand la porte à la GPA car il sera impossible de refuser aux hommes ce que l’on accorde aux femmes.
  • Il y a déjà un manque de gamètes, il ne fera qu’augmenter, encourageant à l’achat de sperme à l’étranger ou à la rétribution des donneurs français. L’achat implique le désir de choisir et de sélectionner. Cela mettrait en route un processus eugénique de discrimination des embryons à naître selon leurs caractéristiques. À Chypre, on peut déjà pratiquer des PMA en choisissant le sexe de l’enfant.
  • Cette loi où les femmes deviendraient mères sans père indique à tous les hommes et à tous les pères qu’ils sont accessoires auprès des enfants et qu’on peut les réduire à des « fournisseurs de ressources biologiques ».
  • Il y a déjà un manque de gamètes, il ne fera qu’augmenter, encourageant à l’achat de sperme à l’étranger ou à la rétribution des donneurs français. L’achat implique le désir de choisir et de sélectionner. Cela mettrait en route un processus eugénique de discrimination des embryons à naître selon leurs caractéristiques. À Chypre, on peut déjà pratiquer des PMA en choisissant le sexe de l’enfant.
  • Le remboursement de la PMA pour toutes par la Sécurité sociale concerne tous les Français : le coût de la prise en charge à 100% des PMA pour des personnes en bonne santé se fera au détriment de la prise en charge de soins pour des personnes malades.
  • La médecine elle-même est impactée et les médecins transformés en prestataires de service.
  • Cette loi institue un « droit à l’enfant » et signifie à tous les enfants que les adultes ont ce droit sur eux. La sexuation de la reproduction indique qu’ils ne sont pas le fruit d’un seul comme le serait un clone mais d’une double lignée qui leur permet de se situer comme sujet différent et unique entre ce double ancrage.

Fiches Repères
que dit la loi sur... ?

Les droits de l’Homme, la GPA, la fin de vie, le don d’organe, la laïcité à l’école.