ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 10 avril 2017 00:00

Faut-il un droit pour les robots ?

Écrit par 

Et si l'on rendait les robots responsables de leurs actes ? Cette question iconoclaste est au cœur d'une résolution adoptée par le Parlement européen le 16 février 2017, invitant la Commission à définir un cadre éthique et juridique pour la robotique civile.

Les eurodéputés partent du constat selon lequel « la nouvelle génération de robots est équipée de capacités d'adaptation et d'apprentissage qui entraînent une certaine part d'imprévisibilité dans leur comportement ». Or, plus ces machines seront autonomes, plus elles échapperont au contrôle du fabricant, de l'utilisateur, de l'opérateur, etc., et moins les responsables des dommages causés par ces machines seront identifiables. D'où l'importance de les doter d'une « boîte noire » et d'une immatriculation, mais aussi, face aux lacunes du droit en vigueur, d'établir des normes visant à assurer la sécurité et le respect de la vie privée des utilisateurs.

Part d'imprévisibilité dans le comportement des robots

Les questions éthiques véhiculées par ces machines censées cohabiter avec nous sont tout aussi vitales. Lequel, du piéton qui traverse ou du passager de la voiture autonome, doit être sauvé si celle-ci est placée devant le choix de sacrifier l'un des deux ? Peut-on imposer à une personne âgée d'être prise en charge par un robot ? Faut-il poser des limites à l'emprise émotionnelle des robots ? Etc.

  Source: lepoint.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.