Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

Imprimer cette page
dimanche, 26 août 2018 00:00

Facebook est ton miroir

Écrit par 

Facebook n’est qu’un reflet gigantesque de nos propres activités publicitaires, le condamner revient à mesurer l’inconséquence avec laquelle on estime privé ce qui est sans retenue partagé sur internet, écrit le philosophe Martin Morend.

La monétisation des données personnelles par Facebook n’est que le reflet d’un problème plus vaste et plus tabou: celui de la publicisation de soi. Les données utilisées, pour cibler les publicités et manipuler les utilisateurs, existent uniquement de par le fait que nous produisons nous-mêmes ces données; qu’à coup de selfies, de commentaires et d’expériences partagées nous engrossons toujours plus le monstre californien. Notre tendance, notre désir d’être vu et aimé, quantifié et apprécié, de donner à autrui une image enjolivée, la plus enviable possible, explique comment la création même des réseaux sociaux a permis de nous adonner sans limite à ce jeu d’épatement réciproque [1]. Sans limite, puisque à travers Facebook nous ne sommes plus limités à notre propre corps; corps qui peut se trahir, pris comme il l’est dans la contingence des événements (je peux être surpris, me mettre en colère, paraître antipathique, faire mauvaise impression…).

  Source: letemps.ch

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Derniers articles de CPDH-Médias

Éléments similaires (par tag)