Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

CPDH-Médias

CPDH-Médias

L'Université Bordeaux Montaigne va réorganiser le débat annulé la semaine dernière par crainte de débordements. Une décision qui fait suite aux propos de Jean-Michel Blanquer hier au sénat. Le ministre a jugé le retrait du débat et les menaces des associations LGBT d'"absolument inacceptables".

"Ce qui s'est passé à Bordeaux est absolument inacceptable et ça doit nous alerter" a déclaré le ministre de l'Education Nationale mercredi au Sénat lors des questions d'actualité du gouvernement.

"On veut s'attaquer à la liberté d'expression" a-t-il déploré évoquant un "nouveau maccarthysme".

Le débat sera reprogrammé. La direction de l'université Bordeaux Montaigne s'y est engagée comme on peut le lire dans ce tweet posté hier soir à 19h27.

  Source: france3-regions.francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Ce 18 octobre 2019 aura été marqué sur le plan de la prévention et de la lutte contre la traite des êtres humains en France par le lancement du second plan national de lutte contre la traite des êtres humains, attendu depuis près de trois ans par les victimes et toutes celles et tous ceux qui luttent contre la traite.

Le second plan d'action national contre la traite des êtres humains 2019 -2021 a été annoncé et présenté le 18 octobre 2019 par Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations et Elisabeth Moirond-Braud, secrétaire générale de la mission interministérielle chargée de la lutte contre la traite des êtres humains.

Le Collectif "Ensemble contre la traite des êtres humains" coordonné par le Secours Catholique, avec les 28 associations qui le compose, salue la sortie de ce second plan d'action attendue depuis près de trois ans et rappelle que le premier plan d'action n'a pu être réalisé totalement du fait du manque de moyens  y ayant été alloués.

Nous allons étudier attentivement ce plan en particulier sur les points suivants :

  • Le Plan devrait être un maillon d'une véritable stratégie de la France en matière de prévention et de lutte contre la traite des êtres humains.

  • Il devrait avoir un portage politique fort. Nous demandons qu'il soit directement rattaché au premier ministre et non à un secrétariat d'Etat, ce qui laisse actuellement penser que la France ne connait que la partie du problème concernant les femmes et l'exploitation sexuelle.

  • Il doit être accompagné de moyens humains et financiers conséquents qui ne sont pas énoncés dans le document remis par le gouvernement le 18 octobre.

  • La création d'un véritable mécanisme d'accueil, d'identification et d'accompagnement des victimes est une urgence.

  • Les parcours de sortie doivent être effectifs (ils ne le sont souvent pas) et ne pas être source de discrimination (visant aujourd'hui essentiellement l'exploitation sexuelle, ils doivent viser toutes les formes de traite)

  • Il doit exister en France un égal accès aux droits pour toutes les victimes, notamment en matière de droit au séjour et à l'hébergement afin d'assurer aux victimes de toutes les formes d'exploitation et de traite un égal accès à leurs droits sans discrimination.

  • Le renforcement de la formation des professionnels en contact avec des victimes potentielles et des victimes identifiées est urgente et doit se faire à grande échelle, dans la formation initiale et continue de tous les professionnels (de la police, de la justice, de l'éducation, de l'enfance....)

  • Il est aussi nécessaire de développer des actions de prévention à destination des populations vulnérables plus susceptibles d'être "recrutées" par des réseaux de traite des êtres humains, mais aussi à destination du grand public afin de responsabiliser l'ensemble de la société à l'ampleur du phénomène de la traite et de faire tomber les idées reçues.

 

  Source: contrelatraite.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

jeudi, 31 octobre 2019 00:00

Lettre ouverte à Mme ROSSIGNOL

Les Associations familiales protestantes (AFP) et le CNEF ont souhaité expliquer à Mme la Sénatrice qui sont les évangéliques de France, et pourquoi il ne faut pas en avoir peur. Ce courrier a été envoyé à Mme ROSSIGNOL le 31/10/19, qui n'a pas souhaité nous recevoir.

Madame la Sénatrice,

Nous tenons à porter à votre connaissance notre vive protestation suite aux propos que vous avez tenus eu égard aux mouvements évangéliques (juxtaposés à l’islamisme) au micro de France Inter mardi 15 octobre 2019, à savoir : « On est à juste titre mobilisés sur l’islamisme, mais dans des quartiers, ce serait bien qu’on s’intéresse un peu à ce que font les évangélistes ». Nous pouvons entendre votre inquiétude quant à l’expansion des évangéliques en province comme dans les villes de notre pays : la moitié des 2300 Églises protestantes évangéliques de France métropolitaine a été créée au cours des trente dernières années.

Nous souhaitons par la présente, hors de l’agitation des réseaux sociaux, vous rappeler les origines de ces mouvements évangéliques.

  Source: www.lecnef.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 2 sur 1157

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.