Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 05 décembre 2018 00:00

Aide médicale à mourir: pas toujours un choix éclairé, révèle une étude

Écrit par 

Des patients québécois ont reçu l'aide médicale à mourir (AMM) sans avoir pris le temps d'explorer toutes leurs autres options de soins de fin de vie. Dans certains cas, la question des soins palliatifs a été abordée seulement après qu'ils eurent demandé l'AMM, révèle une étude inédite que La Presse a obtenue.

C'est ce qu'ont découvert trois chercheuses en éthique - Lori Seller et Véronique Fraser, du Centre universitaire de santé McGill (CUSM), ainsi que Marie-Ève Bouthillier, du CISSS de Laval - après avoir épluché 80 dossiers de patients qui ont demandé l'AMM depuis 2015 dans la province.

« Lorsque l'AMM a été légalisée au Québec il y a trois ans, les directives cliniques recommandaient que l'AMM demeure une option exceptionnelle », expliquent les chercheuses, qui viennent de publier les résultats de leur étude dans une publication scientifique britannique, le Journal of Medical Ethics.

« Ce n'est pas une obligation légale que les patients passent à travers toutes leurs autres options avant d'avoir recours à l'AMM », explique Mme Seller, conseillère en éthique au CUSM, en entrevue avec La Presse.

« Mais selon les directives cliniques, les médecins et les patients souffrants en fin de vie sont incités à considérer l'ensemble des interventions de soins et de traitements qui peuvent être opportuns, afin que le recours à l'AMM demeure exceptionnel. »

- Lori Seller, chercheuse en éthique

L'étude révèle également que les patients qui demandent l'AMM sont atteints en grande majorité d'un cancer, ont en moyenne 70 ans et vivent de grandes souffrances physiques. Les hommes sont un peu plus nombreux (54 %) que les femmes (46 %) à en faire la demande.

Parmi les 80 cas étudiés, la moitié des patients (43) ont reçu l'AMM. Il s'est écoulé en moyenne six jours entre leur requête et leur mort.

Dans la majorité des cas, les patients ont obtenu une consultation en soins palliatifs moins de sept jours avant de faire leur demande d'AMM. Dans certains cas, la consultation en soins palliatifs est survenue carrément après la demande d'AMM.

  Source: lapresse.ca

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.