Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

jeudi, 28 juin 2018 00:00

Les États-Unis s’opposent violemment au langage de l’avortement lors des négociations du G7

Écrit par 

Peu de temps avant le sommet du G7 à Québec, les officiels canadiens étaient clairs : les femmes et les enfants allaient être au centre, et un élément essentiel de leur santé et de leur émancipation est l’avortement. Mais lorsque les déclarations finales furent publiées, toute mention des « droits reproductifs » en avait été enlevée et, selon Devex, « la délégation des États-Unis… est responsable de l’adoucissement des termes officiels ».

Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, suivant l’exemple célèbre de la Suède, a décrit son gouvernement comme « féministe ». Il utilise les quotas pour s’assurer que la moitié des membres de son cabinet sont des femmes, et impose des règles à son parti pour ne soutenir que les politiques et les candidats pro-avortement. Pour la première fois, comme hôte du G7, le Canada a instauré un « Comité Consultatif sur l’Égalité de Genre » qui a soumis ses propositions pour intégrer le genre dans le travail du G7. D’autres apports comprenaient une déclaration de plus de soixante féministes qui contenait un appel à la fin de « la criminalisation ou des règlementations restrictives de l’avortement ».

Le Comité Consultatif sur l’Égalité de Genre incluait aussi l’avortement dans ses recommandations, qui appelaient au retrait de la politique des États-Unis de « Protection de la vie dans l’aide à la santé mondiale » (Protecting Life in Global Health Assistance, également appelée Politique de Mexico), la fourniture de l’avortement comme un élément de l’aide humanitaire, le financement de la défense de l’avortement, et la prise en charge de l’avortement subventionnée par le gouvernement.

Selon le résumé des discussions du président de séance, de nombreux dirigeants ont appelé à l’inclusion du langage des « droits reproductifs » dans les déclarations officielles, mais cela s’est avéré impossible sans l’accord des États-Unis.

  Source: c-fam.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.