Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 13 février 2017 00:00

One of Us s'oppose au fonds "She decides"

Écrit par 

Alors que le nouveau président américain a rétabli la « politique de Mexico » stipulant qu’aucun financement fédéral ne devrait aider des organisations internationales ou étrangères qui pratiquent ou promeuvent l’avortement, la ministre néerlandaise du Commerce extérieur et de la Coopération au développement, Liliane Ploumen, a lancé une initiative pour le contrer sous le nom de « She decides ».

Elle a annoncé la semaine dernière que ce fonds financerait des projets visant à « accroitre l’accès à la contraception et à l’avortement ainsi qu’à l’éducation des femmes dans les pays en développement ». Ce fonds est ouvert aux gouvernements, entreprises ou institutions sociales membres de l’UE ou non, dont certains ont déjà annoncé leur contribution.

Cette initiative « est très nettement opposée à l’initiative citoyenne européenne la plus réussie » a réagi la Fédération One of Us : « Nous sommes fermement opposés au financement de l’avortement par le budget commun de l’UE. Cette question ne relève pas de la compétence de l’Union européenne et doit rester strictement de la compétence des gouvernements nationaux ».

Carlo Casini, président honoraire de la Fédération One of Us a rappelé que «la Cour européenne des droits de l'homme n'a jamais reconnu le droit à l'avortement ; elle a imposé à l'Europe la neutralité à ce sujet(…) Offrir de l'argent aux organisations qui font de la propagande et mettent en œuvre l'avortement dans le monde, signifie sortir de cette neutralité, encourage l'avortement et viole le principe de la dignité humaine (Article. 2 du traité de l'Union européenne) ».

  Source: genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.