Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Embryologie

Embryologie

Une étude publiée dans Nature et menée par le Professeur Magdalena Zernicka-Goetz démontre que « la présence de cellules anormales chez des embryons précoces n’est pas forcément un indicateur de déficience chez le futur bébé ».

La technique du CRISPR/Cas9 fascine et inquiète. Entre intérêt et préoccupation, ses applications ont fait la une des médias depuis le mois d’avril 2015, alors que des chercheurs chinois annonçaient l’avoir utilisée pour modifier le génome d’embryons humains (cf. Manipulation génétique sur l'embryon : une transgression inquiétante). Le débat met du temps à se lancer en France, et les réactions des autorités compétentes tardent à émerger.

vendredi, 26 février 2016 00:00

Vers la marchandisation de l'embryon humain

Gènéthique se fait l’écho d’une étude de Jocelyn Clerckx[1], Maître de conférences HDR en droit public à la Faculté des Affaires internationales du Havre, sur la marchandisation de l’embryon humain. Une menace actuelle que différentes législations promeuvent pas à pas, au service des intérêts de l’industrie pharmaceutique.

Alors qu’en 2014, la plus grande Initiative Citoyenne Européenne (ICE) Un de Nous était renvoyée par la Comission européenne. La Fédération Un de Nous invite aujourd’hui des experts de la santé, du droit et de la politique de toute l'Europe à signer une pétition pour appeller à un débat clé et légitime visant à limiter les financements européens aux seuls programmes éthiques. Ceux qui n'impliquent pas la destruction d'embryons.

Carlo Casini est homme politique italien, ancien euro député. Il est Président d'honneur de la Fédération européenne Un de Nous[1]. Il présente pour Gènéthique, les enjeux de cet appel aux experts européens, qui doit être adressé aux Présidents de l’Union Européenne, du Parlement européen et de la Commission européenne.

Pour la première fois au Royaume-Uni, des scientifiques ont reçu une autorisation officielle pour neutraliser des gènes défaillants sur des embryons humains.

Ce samedi 23 janvier, le Conseil Constitutionnel a partiellement retoqué le texte de loi proposé par Marisol Tourraine, revenant sur la généralisation du tiers-payant. En revanche, il n'a pas élevé la voix sur tout un pan touchant pourtant à l'aspect bioéthique de la recherche... l'expérimentation sur embryons. Une tribune de Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune.

Page 7 sur 12

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.