Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 06 novembre 2018 00:00

Propose fille de bonne qualité contre garçon : quand les embryons s'échangent par petites annonces

Écrit par 

Nous avons un embryon de fille de bonne qualité, qui serait intéressé par un échange ? » C’est par ces mots qu’une actrice américaine de 37 ans a posté sa petite annonce sur facebook, dans un groupe dédiée aux FIV, pour dénicher un petit frère à son fils, qui en aurait fait la demande la semaine précédente.

Après plusieurs transferts ratés d’embryons congelés et une fausse couche, son dernier cycle de FIV n’a produit qu’un seul embryon implantable, et c’est un embryon féminin…  Elle explique que ce serait « économiquement judicieux » pour elle d’avoir un garçon plutôt qu’une fille, puisque d’une part elle a gardé toutes les affaires de son aîné, et d’autre part qu’elle n’a que deux chambres chez elle. « Mon mari a grandi avec des soeurs et veut aussi un garçon. C'est ainsi que nous voulons compléter notre famille. »

Le couple ne s’était pas tourné vers l’adoption en raison des dépenses importantes inhérentes à la démarche, mais il paye 1000 $ par an pour le stockage de l’embryon. Elle espère trouver preneur d’ici Noël. « Bonjour, cela fait trois ans que nous essayons de donner un petit frère à notre fils, nous voulons compléter la famille par un garçon. Nous avons un embryon de fille de bonne qualité. Qui serait intéressé par un échange ? », détaille l’annonce facebook à la recherche de l’embryon de garçon rêvé. « Je le fais pour mon fils », a-t-elle ajouté.

La mère estime qu’elle saura tisser un lien avec l’enfant, même non biologique, grâce à la grossesse.

L’achat et la vente d’embryons sont illégaux aux Etats-Unis.

  Source: genethique.org

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.