Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

jeudi, 08 mars 2018 00:00

10 % des greffes mondiales sont issues du commerce d’organes

Écrit par 

Selon un rapport de l’OMS, au moins 10 % des greffes d’organes réalisées dans le monde proviendraient d’une forme ou d’une autre de commercialisation, notamment via le tourisme de transplantation.

Dans des pays comme l'Égypte, le Pakistan, l'Inde, l'Iran, l'Irak, les Philippines ou certains pays d'Amérique latine et d'Europe de l'Est, la législation n’interdit pas toujours le commerce d’organes, et même dans les pays où l’interdiction est clairement définie comme aux Etats-Unis, la forte pénurie de donneurs implique un marché noir très prospère. De plus, les pratiques médicales laissent généralement à désirer.

L’UN.GIFT définit trois catégories de trafic d’organes :

1/ Quand les trafiquants forcent les personnes à abandonner leurs organes ou leur mentent.

2/ Quand les personnes vendent leurs organes mais qu’elles ne sont pas payées, ou moins que convenu (c’est la majorité des cas).

3/ Quand des organes sont prélevés à l’insu de leurs propriétaires, des personnes généralement vulnérables, pauvres ou sans abri, hospitalisées pour une autre raison (réelle ou non).

On pourrait ajouter une dernière source d’organes  pour ces trafics : « le foetus avorté et l'utilisation de nouveau-nés anencéphaliques comme donneurs d'organes ».

Le processus complet du trafic d’organes implique tellement de personnes (recruteurs, donneurs, courtiers, chirurgiens…) qu’il est difficile d’en mesurer précisément l’ampleur : « Les membres de ce processus sont rarement tous identifiable, il est donc impossible de savoir à quel point le commerce peut être important ».

  Source: genethique.org

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.