Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 02 avril 2019 00:00

"Smombie" : quand l'addiction au smartphone vous fait errer comme un zombie

Écrit par 

DANGERS PUBLICS - Les "smombies", néologisme désignant les "zombies du téléphone" peu attentifs au monde qui les entoure, pullulent et deviennent un problème de plus en plus sérieux pour la sécurité routière, en France comme ailleurs. Analyse d'un phénomène parfois mortel.

Vous êtes probablement un "smombie" sans le savoir. Ce mot-valise, fusion de smartphone et zombie, désigne ceux qui traversent la route scotchés à leur écran de téléphone sans exprimer la moindre expression sur le visage. Et comme les zombies deThe Walking Dead, leurs comportements à risque peuvent être flippants. D'après une étude britannique réalisée en 2014,nous sommes nombreux à en faire partie tant nous consultons notre téléphone, en moyenne 221 fois par jour pour un total d'environ trois heures et 16 minutes les yeux rivés sur l'écran. Une dépendance qui, selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière, n'est pas sans lien avec les 475 piétons tués en 2018 (soit 15% des 3259 morts sur les routes l'an dernier). Si la mortalité piétonne a légèrement baissé entre 2017 et 2018, elle reste en effet en hausse en agglomération, rappelle l'Observatoire, qui souligne que "le facteur inattention est plutôt présent dans les causes des accidents mortels" en ville.

Certains pays tirent déjà la sonnette d'alarme, comme l'affirment Les Echos : en Sardaigne, dans la ville de Sassari, les personnes qui traversent les yeux fixés sur leur téléphone risquent une amende de 22 euros. A Hawaï, la contravention peut atteindre l'équivalent de 85 euros si on se fait ainsi épingler en état de récidive.

  Source: www.lci.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.