ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 23 octobre 2017 00:00

Fin de vie, Agnès Buzyn réticente à faire évoluer la loi

Écrit par 

La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a affirmé dimanche 22 octobre qu’elle n’était pas favorable à une nouvelle législation sur la fin de vie, ce « sujet éminemment compliqué ».

C’est sa première prise de parole publique sur le sujet depuis qu’elle a pris ses fonctions de ministre de la santé. Agnès Buzyn s’est montrée réticente, dimanche 22 octobre au « Grand Jury » de RTL, à l’adoption d’une nouvelle loi sur la fin de vie.

« Je préférerais que l’on travaille sur la base de la loi Claeys-Leonetti avant de relégiférer sur un sujet éminemment compliqué », a-t-elle affirmé, en référence à la loi adoptée en février 2016. Elle s’est montrée également circonspecte quant à la législation belge qui ouvre l’euthanasie à des patients atteints par des « souffrances physiques ou psychiques constantes, insupportables et inapaisables ».

« À partir de quand décide-t-on effectivement qu’une personne est suffisamment malade à un moment X pour dire que l’on abrège sa vie??, s’est-elle interrogée. C’est quoi une souffrance très profonde?? Est-ce que des gens qui font une dépression grave et dix tentatives de suicide, il faut abréger cette souffrance atroce d’une dépression grave?? Moi je me pose la question du curseur. »

  Source: la-croix.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.