ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

jeudi, 05 octobre 2017 00:00

Point de vue. Fin de vie dans les Ehpad : ça bouge !

Écrit par 

La situation au sein des Ehpad (1) était explosive. Mauvaise image, entretenue par des reportages récemment diffusés sur « l'indignité » des conditions de vie et de soins des résidents, épuisement des personnels, exaspération des collectivités locales qui réclament depuis longtemps une cinquième branche de la Sécurité sociale pour la prise en charge de la perte d'autonomie... Bref, il était temps que le gouvernement se manifeste.

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, vient d'annoncer une enveloppe de 100 millions d'euros pour améliorer le taux d'encadrement, la qualité des accompagnements et les conditions de travail des personnels dans les maisons de retraite.

Je profite de cette actualité pour rappeler que la dignité d'une vie qui prend fin n'est pas seulement une question de moyens financiers. Même s'il paraît impératif de doter les Ehpad d'un nombre suffisant de personnels, la formation de ceux-ci à la qualité du soin et de l'accompagnement humain de personnes fragiles, vivant leurs dernières années, me paraît tout aussi importante. Or cette qualité n'est pas atteinte si la mort est taboue au sein d'un établissement. Je l'ai remarqué depuis longtemps : lorsque l'établissement d'accueil n'est pas à l'aise avec le fait que les personnes vulnérables et dépendantes qu'il accueille vont mourir un jour, si le personnel n'est pas formé à l'écoute, à la compassion, à l'attention aux besoins affectifs et spirituels, si les souhaits des résidents ne sont pas entendus, ni respectés, cette carence de formation engendre des situations indignes et une grande solitude.

  Source: ouest-france.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.