Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

jeudi, 31 janvier 2019 00:00

La France demande l’avis de la CEDH sur la gestation pour autrui : la Cour est sollicitée sur ce sujet pour la première fois

Écrit par 

STRASBOURG (31 janvier 2019) – Existe-t-il un droit à un enfant ? L’organisation ADF International est intervenue aujourd’hui devant la Cour européenne des droits de l’homme au sujet des lois sur la gestation pour autrui en France. Celle-ci a demandé un avis consultatif sur les questions juridiques relatives à la gestation pour autrui. L’intervention d’ADF International porte sur les dangers de la gestation pour autrui pour l’enfant, la mère porteuse et la société, en appelant la Cour à affirmer les droits fondamentaux des plus vulnérables de la société.

« La gestation pour autrui exploite les femmes et traite les enfants comme des marchandises. Elle pose des menaces sérieuses à la dignité humaine et aux droits fondamentaux de toutes les personnes concernées. L’enfant devient un objet de vente et reste dans un flou juridique. Il n’y a pas de « droit » d’avoir ou de « commander » un enfant.

Les mères porteuses se trouvent également souvent dans une position socialement vulnérable, en étant exploitées par la multitude d’acteurs impliqués ; elles sont similairement laissées dans une situation d’incertitude juridique. « La gestation pour autrui est une véritable menace pour la société, car elle mine la famille et commercialise les plus vulnérables », a déclaré Jennifer Lea, conseillère juridique d’ADF International à Strasbourg, co-auteur de l’intervention.

  Source: adfinternational.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Dernière modification le vendredi, 01 février 2019 08:36
CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.