Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mercredi, 19 septembre 2018 00:00

Bioéthique : quelle place pour la médecine ?

Écrit par 

Jeune interne en médecine, Eléonore Le Cesne s'interroge sur les évolutions récentes de la médecine, au gré des évolutions en cours en matière de bioéthique. Or selon elle, les étudiants de médecine manquent de formation pour appréhender ces questions.

En tant que futurs médecins, nous serons sollicités en première ligne demain pour exécuter ou non ce qui aura été déclaré comme éthiquement acceptable aujourd'hui, en exerçant notre liberté de conscience. L'objet de mon propos est la question de la finalité de la médecine. En effet, les désirs sociétaux, la pression aux portes des législateurs, et les possibilités ouvertes par les technologies grandissantes, occultent petit à petit cette question fondamentale. Nous rencontrons de façon quasi-systématique la notion de «finalité médicale» dans les sujets de bioéthique afin d'éviter les dérives de l'usage des technologies, mais de quoi parle-t-on? Cette finalité reste-t-elle aussi clairement définie qu'elle le devrait, pour être un tel garde-fou?

Les études médicales ont un objet: le corps humain. En tant qu'il est objet, il est un constat, il est un état donné, avant même tout débat d'opinion et toute confrontation d'idées. Cet objet est accessible à la raison, donc à l'étude, et c'est pourquoi la discipline fondatrice de la médecine est la physiologie: la parole vraie que l'on peut dire sur le corps humain sain en tant qu'il est naturellement donné.

C'est à partir de l'étude de cet équilibre naturel harmonieux, dit physiologique, que l'on peut secondairement comprendre la rupture de cet état d'équilibre. Cette rupture survient lorsque l'organisme ne peut plus compenser les agressions qu'il subit en permanence. C'est donc pour prévenir ou remédier à cet état, dit pathologique, que le médecin intervient. Dit autrement, parce qu'il y a physiologie, il y a pathologie, et donc il y a médecine. Le mot «médecine» vient du latin «medeor, eris, eri», qui signifie «guérir».

  Source: lefigaro.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.