Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 05 juin 2018 00:00

Comité d’éthique : « Il n’y a pas de consensus sur la procréation médicalement assistée »

Écrit par 

Le président du Comité consultatif national d’éthique, Jean-François Delfraissy, livre pour Le Monde les premiers enseignements des états généraux de la bioéthique, dont le compte rendu est publié mardi 5 juin. Il observe que « des opinions divergentes se sont exprimées » sur l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes.

Une opinion majoritaire se dégage-t-elle sur les sujets de bioéthique à l’issue de ces états généraux ?

Jean-François Delfraissy : Certaines valeurs sont très majoritairement partagées, en particulier l’attachement à l’autonomie des personnes et à la non-commercialisation du corps humain. Cette dernière a toujours existé fortement en France et cela continue, contrairement à d’autres régions du monde où elle est remise en cause. En parallèle, nous voyons émerger une certaine défiance vis-à-vis des scientifiques et même des médecins, qui étaient jusqu’à présent épargnés. Il y a une interrogation sur leur capacité à maîtriser les outils qu’ils créent et mettent en œuvre. La question de la place du citoyen dans le système de santé et dans la médecine du futur a également été posée fortement, alors que le sujet n’était pas à l’agenda des états généraux.

Les débats se sont focalisés sur la question de la procréation. Y a-t-il un consensus sur l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, souhaité par Emmanuel Macron pour légiférer sur le sujet ?

Non, il n’y a pas consensus

  Source: lemonde.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.