ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

lundi, 14 mai 2018 00:00

Faut-il élargir le diagnostic préimplantatoire (DPI) ?

Écrit par 

Le DPI est une technique utilisée actuellement à titre exceptionnel. En 2015, seulement 227 enfants sont nés grâce à cette méthode en France.

Le diagnostic préimplantatoire (DPI) est en effet réservé aux couples qui risquent de transmettre à leur enfant une maladie génétique d’une particulière gravité. L’intérêt de cette technique est de pouvoir réaliser un diagnostic génétique sur un embryon -obtenu par fécondation in vitro (FIV)- avant qu’il ne soit porté par la femme.  Le couple peut débuter une grossesse avec un embryon non atteint de la maladie recherchée.

Tout se passe dans un laboratoire. Les biologistes vont tout d’abord cultiver le plus d’embryons possibles à partir de la technique de la FIV.  Une fois la fécondation obtenue, plusieurs étapes importantes vont se dérouler en quelques jours. Cela débute par le prélèvement d’une ou deux cellules de chaque embryon afin de pratiquer le test génétique. Il permet d’identifier les embryons non atteints par la maladie qui pourront donc être transférés dans l’utérus de la femme pour s’y développer.

  Source: francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

S2-Priere-03 Onglet-E

S3-Actions onglet-E

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.