Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Liberté d'expression

Liberté d'expression

lundi, 19 août 2019 00:00

Libre de se taire

«Pas de liberté pour les ennemis de la liberté»disait le révolutionnaire français Antoine de Saint-Just. Il semblerait qu’il ait fait des disciples et que cet extrémisme soit courant aujourd’hui.

Est-ce la fin du jour? Les soit disant Lumières s’éteignent pour laisser place à une culture où le débat s’étouffe et où toute parole divergente est au mieux caricaturée sinon interdite. Nombreux sont les témoignages d’évictions ou de démissions forcées pour délit d’opinion. Quand une partie du peuple s’interroge et/ou s’oppose à certaines évolutions sociétales, c’est parce que les gouvernants n’ont pas fait preuve de suffisamment de «pédagogie» pour vendre le bien fondé de leurs réformes. Et quand l’infantilisation ne fonctionne pas, on passe à l’échelon supérieur: «Vous êtes obscurantistes, réactionnaires, contre la liberté. Vous n’avez pas droit à la parole».

  Source: www.christianismeaujourdhui.info

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

« Consécration d’une quasi-censure privée », « menace sur la liberté d’expression », « approche répressive »… Dans un avis (47 voix « pour », une voix « contre »), publié le 13 juillet au Journal officiel, la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) « s’inquiète pour les libertés fondamentales » après l’adoption, le 9 juillet par les députés, de la proposition de loi visant à lutter contre la haine sur Internet. Si elle « souscrit pleinement» à l’objectif affiché par cette proposition de loi, elle « recommande le retrait de l'article 1er (…)et la réécriture des autres articles».
Pour rappel, l’article 1er, le plus discuté et critiqué en séance publique (lire Maire info du 9 juillet), contraint grands réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, YouTube…) et moteurs de recherche (Google, Qwant, Bing) à supprimer ou déréférencer dans les vingt-quatre heures un contenu « manifestement illicite » signalé par un internaute ou un utilisateur, sous peine de sanctions pénales. Une disposition qui ferait peser, selon la commission, « une menace disproportionnée sur la liberté d’expression » et « un risque de censure ».

  Source: www.maire-info.com

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Les faits. En Autriche, lors d'une conférence organisée au sein du FPÖ et intitulée «connaissance élémentaire de l'islam», la conférencière et responsable du FPÖ a été condamnée pour avoir dit, à propos du mariage de Mahomet avec une fillette de 6 ans et de sa consommation sexuelle à l'âge de 9 ans: «Comment appelons-nous cela, si ce n'est de la pédophilie?». Elle voulait notamment alerter sur la pratique du mariage des mineurs dans l'islam, suivant l'exemple de Mahomet.

Un article de mathématiques explorant les différences de variabilité du QI entre hommes et femmes a été censuré par peur d'instrumentalisation politique.

Le climat de haine à l'encontre des journalistes qui se développe notamment en Europe et aux États-Unis menace les démocraties, s'inquiète l'ONG dans son rapport annuel publié mercredi.

Avortement, phénomène transgenre, omniprésence de la sexualité, mariage gay… Dans un intense plaidoyer, le pasteur Shane Idleman pose la question, « Pourquoi tout le monde peut exprimer tout ce qu’il veut, alors que l’Église doit rester silencieuse ? »

Page 1 sur 7

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.