Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

mardi, 18 septembre 2018 00:00

L’objection de conscience qui fait scandale

Écrit par 

Trois médecins font valoir leur clause de conscience dans un hôpital, le Centre hospitalier Sarthe-et-Loir où l’on ne pratique pas d’avortement, et c’est un scandale national.

C’est justement sur cette situation que la journaliste Valentine Oberti a interrogé le Dr Bertrand de Rochambeau, président du SYNGOF (le syndicat national des gynécologues et obstétriciens). Valentine Oberti est journaliste pour l’émission Quotidien animée par Yann Barthès sur TMC. On n’est pas obligé d’apprécier…

Un piège manifeste

Le Dr de Rochambeau ne pratique pas lui-même d’IVG, et la journaliste avait manifestement l’intention de le piéger. Lorsqu’il ose dire : « Nous nous ne sommes pas là pour retirer des vies », la journaliste lui objecte que « retirer une vie à un enfant à naître n’est pas une vie au sens juridique, ce n’est pas un homicide de faire un IVG », le président du Syngof répond, visiblement ému : « Si, madame. » La journaliste affirme alors que les femmes « ne considèrent pas qu’avoir un embryon dans le ventre, c’est une vie ». Le médecin répondra : « La loi me protège, et ma conscience aussi. »

Le sacro-saint « droit » à l’avortement

L’interview est largement relayée par les militants de l’avortement. Les ministres Agnès Buzyn (Santé) et Marlène Schiappa (Égalité femmes-hommes) s’indigneront par un communiqué commun, alimentant une sorte d’hystérie collective.

  Source: fr.aleteia.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

CPDH-Médias

E-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.