Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Procréation / contraception

Procréation / contraception

Des chercheurs de l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) et de l’université de Lille ont récemment découvert la cause du syndrome des ovaires polykystiques ou « SOPK » qui concerne environ une femme sur dix en âge de procréer et qui est l’une des premières causes d’infertilité féminine. 

En mars 2018, la HAS a publié une fiche mémo à l’intention des professionnels de santé sur la contraception chez l’adolescente. Elle fait notamment l’inventaire de toutes les méthodes contraceptives existantes.

Il existe diverses méthodes de contraception naturelles à côté des autres moyens de contraception, comme le préservatif par exemple, qui protège aussi des infections sexuellement transmissibles. Mais une méthode de contraception naturelle est-elle fiable ?

jeudi, 05 avril 2018 00:00

Femme, qu’as-tu fait de ton corps ?

De multiples artifices sont déployés pour changer l’apparence physique des femmes mais aussi le fonctionnement de leur corps en intervenant notamment sur la fertilité. A l’heure actuelle, de nouveaux courants émergent : ils remettent en question une forme d’emprise sociale et médicale sur le corps des femmes.

Une étude américaine, dont les résultats seront présentés en fin de semaine, a mis en lumière les résultats prometteurs d'un nouveau produit contraceptif pour les hommes. Efficace lors de l'essai clinique et bien toléré, il pourrait représenter l'avancée très attendue dans les contraceptifs oraux pour les hommes.

Lundi, la fédération nationale des collèges de gynécologie médicale (FNCGM) lançait l’offensive contre les « méthodes de contraception naturelles », qu’elle accuse d’être « moins fiables » que la pilule ou le stérilet. La présidente de cette fédération, Pia de Reilhac estime que l’ « efficacité » des méthodes naturelles est « relative », ce qui entrainerait « de nombreux avortements ». Elle s’alerte du recours croissant à ces méthodes, en partie suite aux scandales sanitaires des pilules de 3ème et 4ème génération ou encore en réponse à la contrainte que représente la prise de pilule.

Page 1 sur 10

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.