Ce site est susceptible d'enregistrer des cookies

 ScoopitTopTwitterTopFacebookTop

Procréation / contraception

Procréation / contraception

mercredi, 11 septembre 2019 00:00

GPA : la circulaire qui sème le trouble

L'Assemblée nationale s'attelle à la loi sur la bioéthique et le gouvernement fait savoir mardi 10 septembre qu'il pourrait reconnaître les enfants nés d'une GPA à l'étranger.

Il n'est pas question de reconnaître la gestation pour autrui en France. Emmanuel Macron est totalement opposé à la GPA et il s'en tiendra à sa promesse de campagne : "La PMA pour toutes les femmes, rien que la PMA". Mais dans une dizaine de jours, la Cour de cassation va statuer et sans doute entériner une décision très importante de la Cour européenne des Droits de l'homme qui invite les pays européens à reconnaître la filiation automatique des enfants nés à l'étranger d'une GPA.

  Source: www.francetvinfo.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Le président par intérim des Républicains a estimé, mercredi sur Europe 1, qu’il n’y a pas eu de débat éthique sur la PMA ouverte à toutes les femmes, et a dénoncé la fragilité du gouvernement sur la question de la filiation.

Les Républicains sont vent debout contre l’ouverture de la PMA à toutes les femmes. Du moins leur président par intérim, Jean Leonetti, qui a dénoncé mercredi matin sur Europe 1 le "mensonge institutionnel" du gouvernement sur cette question, alors que la ministre de la Justice a annoncé lundi que les mentions "mère" et "mère" apparaitraient sur l'acte de naissance des enfants élevés par un couple lesbien.

 

  Source: www-europe1-fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

"Un moment crucial"... Avant la présentation du projet de loi bioéthique qui ouvre la PMA à toutes les femmes, les associations LGBT redoublent d'effort.

"C'est maintenant que ça se joue !" Au sein des associations LGBT, c'est l'effervescence : vendredi 26 juillet, le projet de loi bioéthique, comprenant l'ouverture de la procréation médicalement assistée(PMA) à toutes les femmes, sera présenté en Conseil des ministres, avant d'être examiné au Parlement en septembre. Pourtant, pas de triomphalisme dans les rangs, mais une inquiétude et une mobilisation de tous les instants. C'est "un moment crucial", résume à L'Express Nicolas Faget, porte-parole de l'Association des parents et futurs parents gays et lesbiens (APGL).  

Il faut dire qu'en dépit de promesses de campagnes successives, et du feu vert du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) en 2017, François Hollande puis Emmanuel Macron ont reporté durant sept ans le texte - désireux de ne pas réveiller les opposants au Mariage pour tous. Mais cette fois, la communauté LGBT est bien décidée à défendre sa loi. Campagnes de communication, lobbying, éducation des médias... Rien n'est laissé au hasard pour gagner la bataille de l'opinion. Et voir, enfin, l'extension de la PMA inscrite dans la loi. 

  Source: www.lexpress.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Suite à une erreur de FIV, une Américaine a du« restituer »à leurs parents biologiques deux bébés qu’elle a portés par erreur. C’est une clinique de fertilité de New York qui a mélangé les dossiers de plusieurs de ses clients. Le couple, d’origine asiatique, a dépensé plus de 100.000 $ dans les traitements de fertilité. Après plusieurs tentatives infructueuses, deux embryons féminins ont été implantés chez la mère en juillet 2018. Un premier doute est apparu en cours de grossesse, lorsque l’échographie a montré des fœtus masculins. Le médecin a tenté de les rassurer en indiquant que les échographies n’étaient pas toujours fiables. La femme a pourtant bien accouché de deux garçons, par césarienne, le 31 mars 2019. Les jumeaux ne présentaient aucun trait asiatique.

  Source: genethique.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

FertilityIQ, une plateforme en ligne mettant en relation les couples ayant des problèmes de reproduction avec des médecins, a révélé que certaines entreprises technologiques investissaient dans les traitements de fertilité attribués aux couples de même sexe.

La plateforme a effectivement mené une enquête auprès de 30.000 patients sous traitement de fécondation in vitro (FIV). Ces patients bénéficient de l’aide de leurs employeurs qui leur allouent une aide ou les soutiennent dans le cadre, notamment, des procédures de FIV et de congélation des œufs.

Parmi les entreprises en tête de liste dans cette politique d’aide aux traitements de la fertilité pour les employés figurent Analog Devices et eBay. Ces deux entreprises proposent aux salariés un nombre illimité de traitements en FIV sans obligation de préautorisation. En d’autres termes, les travailleurs n’ont pas besoin d’avoir l’aval des prestataires d’assurance pour accéder à certains traitements médicaux.

  Source: www.fredzone.org

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Monsieur le président de la République,

Vous portez le projet d’une loi qui autoriserait la fabrication artificielle d’enfants privés de père, par PMA avec donneur, à la demande de femmes célibataires ou vivant en couple.

Professionnels au service de l’enfance et acteurs de la société civile engagés auprès des enfants et des familles en difficulté ou concernés personnellement par le manque d’un père, nous voulons porter la voix du grand absent de ce débat : l’enfant.

Médecins, psychologues, psychanalystes, éducateurs, enseignants, infirmiers scolaires, médiateurs familiaux, responsables associatifs et humanitaires ou orphelins de père, nous sommes témoins, quotidiennement, des répercussions de l’absence ou de la défaillance du père pour de nombreux enfants et adultes, et leurs conséquences douloureuses – dramatiques dans certains cas – pour l’enfant et pour toute la société. Les personnes en situation de précarité ou d’exclusion ont bien souvent souffert du manque d’un parent ; un tiers des familles monoparentales vit sous le seuil de pauvreté.

Les Français sont profondément attachés à la figure du père : 91% considèrent que les pères ont un rôle essentiel pour les enfants, 89% que l’absence du père marque toute la vie. Pour 79% des Français, les enfants qui n’ont pas connu leur père, pour diverses raisons, sont défavorisés par rapport aux enfants qui ont connu à la fois leur mère et leur père*.

  Source: www.tugdualderville.fr

Découvrir la suite de l'article sur le site d'origine

Page 1 sur 15

paypal

Information

Les informations, publications et vidéos affichées sur le site du CPDH n'engagent que leurs auteurs. Dans un souci d'informations plurielles, le CPDH les présente mais décline toute responsabilité quant à leur contenu et affirme son indépendance par rapport aux sources dont elles proviennent.